Je suis très sensible aux mots
On apprend plus sur une personne, et parfois sur soi-même
en la lisant qu’en échangeant directement

desmotsoudesmaux

J’ai découvert l’existence du BDSM il y a plus d’un an et demi,
sur un site fait pour des rencontres légères et occasionnelles.
Je ne savais même pas que cela existait
J’y ai lu un texte qui m’avait troublé… J’ai cherché et j’ai trouvé…
Ma première réaction a été un rejet catégorique… voire une répulsion…
Je n’avais qu’une vague idée du SM, ayant comme beaucoup lu plus jeune histoire d’Ô…
Je ne faisais pas la différence.

J ‘ai relu par hasard ce texte il y a peu… sur une fiche… le même pseudo…
Le trouble était toujours la… Mais plus la répulsion…

Je viens de lire sur facebook un texte étonnant, celui-ci ne m’a pas troublée
mais m’a fait comprendre que je me trompais.
J’ai rarement accepté d’échanger avec des “Maîtres”…
et encore moins accepté de les rencontrer… même pour une relation conventionnelle…
Ils m’agaçaient… j’étais souvent en colère après eux…

Jusqu’à ce texte je voyais les relations BDSM comme un recul de la cause féminine…

“Le sadisme et moi…le sadisme en moi. – Par Le Sybarite”

Je me retrouve dans sa violence adolescente…
Et encore maintenant j’ai souvent des envies de frapper…
Avec l’âge j’ai appris à me contenir…
Mais la violence s’est transformée en colères noires qui effraient tout autant.

Je n’avais jamais vu le BDSM comme une discipline pour canaliser sa violence…
de même que la Boxe ou certains arts martiaux.
La domination pour apprendre à se contrôler…
La soumission pour apprendre à lâcher prise… apprendre à faire confiance…
Et peut être parfois la soumission pour se punir de cette violence…
Atténuer ce sentiment de culpabilité que l’on peut ressentir lorsque de mauvaises pensées vous viennent à l’esprit, tels certains membres de l’Opus Dei qui usent de flagellation
ou du port du cilice pour pénitence de leurs péchés

Beaucoup d’hommes m’ont demandé de les dominer…
je m’y suis toujours refusé…
Par peur de ma propre violence… de ne pas savoir m’arrêter…
Comme les alcooliques après le premier verre…

Pour beaucoup le BDSM n’est qu’une pratique sexuelle…
Un simple jeu pouvant aller plus ou moins loin…
C’est aussi un effet de mode dont l’origine est un bestseller.
J’imagine le nombre de scènes de ménage ou d’accidents qui ont pu avoir lieu
dans des “couples conventionnels” où madame ayant été très excitée à la lecture
de ce livre a demandé à son “gentil mari” de jouer à 50 nuances…
Si ce jeu n’est pas parfaitement maitrisé… il peut très mal tourner

Pour d’autres c’est beaucoup plus… une véritable introspection.
Une soumise choisira son Maître… jamais l’inverse…
Il lui faut trouver le bon… pour accepter de lui confier son corps et son âme…

Un Maître ne prend pas… il reçoit.

Au cours de mes échanges sur divers site je me suis rendu compte qu’il y a plusieurs catégories de maitres/maitresses et de soumis/soumises…
Un “véritable couple D/s” pour fonctionner devra être en parfaite adéquation…
Deux âmes sœurs… Une relation parfois plus forte que l’amour…

Ainsi une femme « de fort caractère » dominante par nature qui voudrait se soumettre
à un homme, ne pourrait le faire que si elle l’admire…
Un dominant naturel… doté d’un fort charisme…

Ce type de femme ne pourrait pas “obéir” à un homme qui n’est pas dominant
dans la vie quotidienne… A un homme dont la seule domination s’exerce dans le cadre
de jeux BDSM… Un soumis de la société… de son patron… de sa femme… de ses enfants… de son chien… Un homme qui ne serait Maître que lors de jeux sexuels…

De même que “ces vrais dominants” refuseraient une femme soumise par nature…
Une femme ayant besoin d’être “paternée” …
Une femme ne vivant que par le regard d’un homme… peu importe lequel…

J’aime les hommes dominants… je les ai toujours aimé…
Je l’ai indiqué dans mes différentes annonces.
Certains m’écrivent “c’est quoi un homme dominant pour vous”
ou “je crois que je suis dominant”…

Beaucoup croient l’être mais peu le sont réellement…
Un vrai dominant n’a pas besoin de le préciser, cela se ressent…
Un vrai dominant ne soumet pas…
Il reçoit un acte de soumission, un acte volontaire et réfléchi…

Je comprends mieux cette attirance que je peux avoir pour ce monde…
Etant naturellement dominante, il ne pouvait en être autrement…
Je n’ai pas encore franchi le pas…
je ne le franchirais peut-être jamais Quoiqu’il en soit…
Même sans le pratiquer le BDSM m’a ouvert l’esprit et rendue plus tolérante…

Soumise… insoumise… Que suis je ?

Besoin d’être soumise ou de soumettre… Qui sait ?

Le pas est tout aussi difficile à franchir que ce soit en tant que dominant ou soumis
que de pousser la porte d’un psychiatre…

Car on sait que l’on peut découvrir des facettes de notre personne que l’on n’aimera pas… et que l’on n’est pas certain de pouvoir assumer…

C’est mon analyse… de ce monde et sur moi-même…

Le sadisme et moi…le sadisme en moi…

lesybariste

Le Sybarite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s