Il y a un sujet dont j’ai envie de parler depuis longtemps et qui me tient à cœur

C’est le parallèle que certains et certaines peuvent faire entre pratique BDSM et femmes battues. Et aussi la difficulté que l’on peut avoir d’accepter et d’assumer son désir pour ces jeux lorsqu’on a été une femme battue, jusqu’à parfois ressentir de la culpabilité

J’ai longtemps hésité avant de me lancer, je cherchais un moyen de le faire sans parler de moi et évoquer certains moments douloureux.

Je n’ai pas trouvé, et mon besoin d’en parler est devenu plus fort que la crainte de me révéler.

Crainte ? Pourquoi ?

Tout simplement parce que je n’ai pas envie d’être vue comme une victime, et encore moins qu’on puisse trouver un lien de cause à effet entre ce que j’ai vécu et des pratiques que je peux avoir. il n’y en a aucun.

Je ne vais pas m’étaler sur ces quelques années difficiles, ce n’est pas le sujet, c’est derrière moi, c’est une page que j’ai tourné depuis longtemps.

Mais cette période de ma vie m’est revenue en pleine figure lorsque j’ai découvert l’existence du BDSM.

Comme je l’ai déjà raconté, je suis tombé sur un texte de présentation sur un site qui m’a troublée, j’ai recherché ce texte sur internet et ma recherche m’a dirigée vers un site BDSM, je ne savais pas ce que cela voulait dire, j’ai donc cherché et je n’ai pas aimé ce que j’ai vu, j’étais même très en colère.

A cette période je n’ai évidemment pas donné suite à ce contact, mais le hasard a fait que nous avons fini par nous rencontrer.

Ensuite j’ai eu une relation avec un homme qui pratique le BDSM. Malgré toute l’affection que je pouvais lui porter je n’arrivais pas à supporter qu’il puisse avoir de telles pratiques. J’étais complètement déroutée. Comment cet homme qui était si protecteur avec moi, si bienveillant, si prévenant pouvait-il faire aux femmes ce que je voyais sur Internet. Parfois je le détestais.

Au début de notre relation, il lui est arrivé une fois de me donner une fessée, j’ai complètement « buggué », je me suis écroulée, en larme, je me suis prostrée dans un coin, je tremblais de tout mon corps.

J’étais choquée, un homme venait de lever la main sur moi… J’avais peur.

Il a été très déstabilisé, il ne connaissait pas mon passé, et moi je ne savais pas que la fessée était un jeu sexuel qui pouvait apporter des sensations.

Il n’a pas fui, il a essayé de m’apaiser, ce soir-là nous avons beaucoup discuté.

Ensuite je l’ai beaucoup interrogé, j’avais besoin de comprendre. Il m’a souvent fait remarquer que j’avais une réelle attirance pour ce monde.

Mais je ne pouvais pas l’admettre. J’avais l’impression que si j’acceptais ces jeux là je cautionnais les années de violence que j’avais subi.

Mais mon désir était là, plus notre relation évoluait et plus j’aimais son côté bestial, les relations conventionnelles m’ennuyaient, j’avais besoin de ce petit quelque chose en plus. J’ai toujours aimé les hommes directifs, je n’aime pas la violence mais la douceur m’ennuie.

Il n’y a jamais eu de relation D/s entre nous, et je crois que de toute façon après l’épisode de la fessée il n’en a jamais eu envie, et moi je n’étais pas prête.

Puis j’ai rencontré d’autres personnes, des soumises, des couples D/s, je n’ai vu que des femmes heureuses et des hommes bienveillants, mes doutes ont commencé à s’estomper, j’ai commencé à accepter mon attirance pour ce monde.

Dans mes contacts j’ai un couple privilégié, c’est elle qui m’a présenté son Maître. J’ai été immédiatement charmée par son intelligence et sa capacité de compréhension de l’autre et des autres. C’est un homme ouvert, à l’écoute, nous avons beaucoup discuté, je me suis confié à lui, j’ai pu exprimer mes craintes, il m’a comprise, il m’a entrainé dans ses jeux à mon rythme, j’ai vu un homme attentif au plaisir de sa soumise. Ce fût pour moi une réelle découverte de ce monde et de cette relation si particulière et si belle… Ce soir-là il été mon guide ; oui j’ai sursauté et me suis crispée lorsque j’ai entendu les premiers claquements des lanières sur sa soumise, j’ai été très gênée lorsqu’il lui a demandé de m’appeler Madame et de me vouvoyer, mais j’étais attentive, je me suis détendue puis je me suis laisser guider en toute confiance, tout est devenu si naturel. Je n’éprouvais plus ni gêne ni colère ni sentiment de culpabilité.

Ensuite nous avons beaucoup échangé, j’ai pu lui parler de sensations que j’avais ressenti, comme cette montée de plaisir qui arrive parfois lorsque l’on a très mal, un plaisir que j’ai découvert avec une douleur au dos insupportable. C’est très déstabilisant, on ne comprend pas ce qui nous arrive et on n’ose pas en parler. Mais ce n’est pas un plaisir agréable, c’est juste un plaisir “soulageant”,  mais pour très peu de temps, la douleur revient très vite, une douleur qu’on est obligé de supporter, ce n’est pas une douleur maitrisée qui amène vers le lâcher prise, vers le plaisir, c’est une douleur que l’on subit, personne ne la contrôle.

Je lui ai également parlé de mon état d’excitation lorsque je m’épilais, je lui ai avoué que parfois j’exagérais volontairement la température de la cire pour provoquer cette sensation. J’ai découvert que c’était une pratique BDSM et en même temps j’ai compris que le BDSM n’était pas que fessée et martinets…

Il y a aussi celle que j’appelle « Ma divine Marquise », quand je l’ai découverte j’étais à la fois effrayée et attirée, effrayée par ses photos, son corps n’était plus qu’ecchymoses. J’avais besoin de la comprendre, de comprendre son besoin, nous avons beaucoup échangé, et finalement je me suis faite prendre à mon propre piège, au lieu d’essayer de la comprendre, c’est elle qui m’a aidé à me comprendre et comprendre ma libido un peu “particulière”, à l’assumer.

Toutes ces personnes ne m’ont pas jugée, contrairement à  moi qui l’avais fait, j’avais fait l’amalgame entre homme violent et Maitre BDSM, j’avais fait l’amalgame entre soumise et femmes battues. Bien au contraire ces personnes m’ont ouvert leur porte, m’ont rassurée et m’ont permis d’avancer

Depuis j’ai fait le parallèle entre la femme battue que j’ai été et la femme qui se soumet parfois, j’ai fait le parallèle entre L’homme dominant et l’homme violent.

Je me suis souvenu des étincelles que je voyais dans mes yeux lorsque son poing rencontrait ma tempe, de mon nez cassé, de mes yeux marqués, des couches de fond de teint que je devais mettre, des poignées de cheveux arrachés. Je me crispe, je tremble de peur, je me protège autant que je le peux…

Non tout cela n’a rien à voir avec le BDSM, les sensations que j’éprouve lorsque les lanières rencontrent ma peau je les recherche, je tends ma croupe, je me laisse aller, mon corps tremble de plaisir, il se relâche, Je n’ai pas honte des marques que je porte parfois. Je ne cherche pas à me délivrer de la main qui saisit ma crinière, au contraire je la laisse me guider. Je n’ai pas peur de l’homme qui me maitrise, au contraire je le provoque, je lui offre ma reddition avec plaisir et fierté

Tous les jours je découvre de nouvelles sensations
Je n’aime toujours pas la fessée.
Pour moi la main d’un homme est faite pour caresser

Cette comparaison m’a permis d’avancer, d’accepter et surtout d’affirmer que les jeux que j’aime et qui peuvent paraitre violents pour certains n’ont aucun rapport avec ce qu’une femme battue peut vivre

Un homme violent frappe à l’envie, une femme battue n’a pas de safeword.
Quand elle dit stop, il continue de plus belle, ça l’excite, il se sent fort…
Un homme violent est à l’opposé des hommes que j’ai pu rencontrer dans le BDSM
Des hommes qui savent parfaitement se maîtriser, qui connaissent leurs propres limites et celles de leurs partenaires, des hommes qui sont à l’écoute.

Je n’ai plus peur

One Comment on “Moi aussi j’ai fait l’amalgame…

  1. C’est beau ce que tu dis… Bravo à toi pour avoir parcouru tout ce chemin… ce n’était pas facile mais tu l’as fait… Tu mérites de trouver la paix et de t’épanouir… ❤

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :