UnVraiMaitre

Un de mes précédent post sur face book a fait l’objet d’une question

C’est quoi un « vrai » Maître ?

J’ai commencé à en croiser certains dans le monde libertin, j’avais beaucoup de mal avec eux, puis au cours de mes échanges ou de mes rencontres je me suis rendu compte qu’il y avait plusieurs sortes de “Maîtres”, ceux qui prétendent l’être, ceux qui le sont, et certains hommes qui ont des aprioris avec le BDSM mais qui pourraient le devenir s’ils allaient au-delà des apparences.

Pour moi On ne devient pas maître par simple jeu.
C’est en soi, il y a des hommes qui sont des dominants nés, ils n’ont pas à faire d’effort
Ils possèdent un charisme naturel, ils sont écoutés admirés, jalousés parfois, craints aussi…
Mais quel que soit le sentiment que l’on a à leur égard, on a envie de les suivre

Je vais faire un parallèle avec le monde du travail
Dans ma vie pro j’ai eu la chance d’avoir d’excellents chefs, mais il y en a un avec qui j’ai apprécié de travailler par-dessus tout.

Il y a dix ans j’ai eu l’occasion de postuler au sein de ma société pour un nouveau poste
Lui devenait le directeur général du site ou je voulais travailler.
Tous étaient inquiets, cet homme a un fort caractère, il est craint et moi aussi. Ils avaient peur que cela fasse des étincelles entre nous, que ce soit un combat permanent, mais le comdir a finalement accepté.

Après une courte période d’observation où nous nous sommes jaugés, testés, parfois cherchés… On m’avait prévenu, mais on l’avait aussi prévenu de mon soi-disant “sale caractère”, nous avons très vite accroché, je reconnaissais ses compétences et pour moi c’était essentiel pour pouvoir le respecter en tant que manager, et lui reconnaissait les miennes. J’étais “novice” dans ce poste il le savait, il était prêt à me guider et j’avais beaucoup à apprendre de lui.

J’étais un peu comme “une soumise” en période d’apprentissage qui avait choisi son “Maître“

Une grande confiance s’est établi entre nous, j’étais à l’écoute et lui aussi, quand je ne savais pas ou que je doutais je n’avais aucune crainte d’aller le voir et de lui dire que je ne savais pas, et pourtant il pouvait parfois être cinglant voire blessant, certains se sentaient humiliés, moi j’ai toujours pris “ses attaques” comme des défis de faire toujours mieux, mon égo n’en était qu’attisé je devais lui prouver que j’en étais capable.
Quand je n’étais pas d’accord avec lui je le lui disais sans crainte des conséquences que cela aurait pu avoir sur ma carrière, parfois il était dur à convaincre mais toujours à l’écoute.
Il fallait argumenter et avoir les bons arguments, évidement ne pas lui dire qu’il avait tort, être plus subtil(e)… d’une certaine façon “le manipuler“
Si je faisais “une erreur” je le prévenais très vite et nous trouvions une solution ensemble.

Cet homme m’a guidé, il m’a fait évoluer, à ses côtés j’ai beaucoup grandi, beaucoup appris
il a fait de moi la professionnelle reconnue que je suis aujourd’hui.

Cet homme est un “Maître” mais dans un autre domaine, et je suis très fière d’avoir été à ses côtés pour mener à bien ce beau projet.

Voilà ma définition du “vrai Maître” c’est avant tout un Manager, de ceux qui ne se comportent pas en “chefaillons”. Ils sont respectés, écoutés, admirés, on a envie de les suivre, de faire partie de leur équipe.
On sait que l’on peut se reposer sur eux et que cela ne nous sera jamais reproché du moment où on est allé au bout de l’effort, où on a fait notre maximum.

C’est aussi un homme qui vous fait accomplir des choses que vous ne pensiez pas être capable de réaliser, il a plus confiance en vous que vous-même. Il vous pousse à aller toujours plus loin et il vous rend fière d’avoir réussi.

Ces hommes-là ont un mental d’acier pour pouvoir faire face à n’importe quelle situation, désamorcer une crise.
Ils savent parfaitement se maîtriser…
Ils connaissent leurs propres limites, ils sont à l’écoute et respectueux, ils dirigent mais ne se comportent pas comme des dictateurs
Ils sont admirés mais ils admirent aussi ceux ou celles qu’ils managent et qui avancent à leurs côtés malgré les obstacles.
Et même si souvent ils ont un égo surdimensionné, ils sont aussi capables de modestie.

Certains et certaines trouveront peut-être étrange de faire un parallèle entre le monde du travail et le BDSM, mais cette relation basée sur le respect et la confiance que j’ai eu la chance d’avoir avec mon DG est unique et rare, comme ces belles relations D/s.

D’une certaine façon il était “Mon Maître” et moi “sa soumise”…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s