PlaisrDansLaDouleur

 

Il y a quelques années mon dos m’a fait souffrir, une douleur musculaire qui devenait de plus en plus insupportable, comme une crampe permanente qui refusait de disparaitre et qui s’amplifiait.
La seule chose qui me soulageait était une bouillotte brulante, mais parfois ce n’était pas suffisant. J’abusais tellement de la chaleur que cette partie du dos devenait noire.

Et je ne sais pas par quel mécanisme, lorsque la douleur devenait trop forte, trop lancinante jusqu’à me faire couler les larmes, j’ai ressenti du plaisir.

C’est une sensation très déstabilisante… On ne sait pas à qui en parler, on n’ose pas en parler, même à son médecin.

On se pose des questions, on se demande si on est ”Maso“ !

Ce plaisir que j’ai ressenti n’est pas un plaisir agréable, la douleur qui précède est présente trop longtemps, la montée de plaisir est beaucoup trop courte pour l’apprécier.

Ce plaisir est plus un soulagement momentané qui permet de se relâcher un peu qu’un réel moment de lâcher prise

A l’époque je ne libertinais pas encore, je ne connaissais pas le BDSM, et je n’avais qu’une vague idée du S/M, la seule référence que j’avais était histoire d’Ô, livre que je n’ai pas aimé et que je n’aime toujours pas.

Ensuite lorsque j’ai commencé à libertiner, j’ai adopté l’épilation intégrale, à la cire.
J’ai utilisé une cire trop chaude…
La première sensation a été douloureuse, puis mon ventre s’est mis à bouillonner, ma chatte était trempée… mon excitation était à son comble… Prête à jouir… sans aucune caresse ni préliminaire…

Une fois de plus la douleur avait provoqué une sensation de plaisir…

Je ne sais pas si le plaisir que j’ai ressenti avec mon mal de dos venait du mal de dos lui-même ou de la bouillotte brulante que je m’infligeais. Avec l’épilation, je me suis rendu compte que j’étais très sensible à la chaleur

Je me découvrais une libido particulière, sans arriver à l’évoquer et à l’assumer, sans savoir quels mots mettre sur ces sensations que je découvrais.

Sur les sites libertins on me demandait souvent quels étaient mes fantasmes, je ne les évoquais jamais. Par peur d’être jugée comme « folle » ou de tomber sur un homme qui aurait pu me bruler gravement.

Puis j’ai découvert le BDSM, qu’il y avait des jeux de bougies qui répondaient à ce que je ressentais lorsque je m’épilais. J’ai pu échanger avec une femme, Elle m’a aidée à accepter ma libido si particulière, à la comprendre, à me sentir normale, je n’avais plus honte de ces sensations de plaisir que j’éprouvais.

J’ai découvert un monde de “perversions” et de “douleurs maitrisées” qui se conjuguent à merveille pour porter chaque femme qui se livre en toute confiance vers un lâcher prise et un abandon total.

Mais rares sont les hommes capables de maitriser cet Art…

La difficulté quand on y goutte c’est ce besoin permanent de ressentir ces sensations encore et en corps… ce besoin qui vous tenaille le ventre… une chatte qui devient douloureuse… Un corps qui se contracte et qui ne demande qu’à se relâcher…

Une putain d’envie de planer… de lâcher prise !

Fais-moi mal… mais fais le bien…

1 Comment

  1. D’aprés un penseur du genre :
    – la gradation,
    – l’empathie, c’est à dire la capacité de ressentir ce que ressent l’autre… sans forcément en souffrir.

    Par ailleurs ça reste extrêmement dangereux, et cela le restera, il s’agit d’une façon de se pencher au bord de l’abime.
    Je crois qu’on peut ressentir ça , tout le monde le peut, sans être forcément irrésistiblement attiré.e mais ça renvoie chez certaines personnes à des failles importantes.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s