femmes comme les autres

J’ai hésité à publier cet article, j’en ai discuté avec une amie qui m’a convaincue de le faire.

Une libertine ou simplement une femme qui a une sexualité libérée est-elle une femme comme les autres, a-t-elle les mêmes droits…

Il y a quelques temps sur mon blog j’ai écrit un article « Le libertinage est-il dangereux » ou j’expliquais qu’il n’y avait pas plus de risques que dans les rencontres classiques.

Mais comme partout ailleurs, les agressions existent aussi, et depuis quelques temps, je me pose une question, exactement depuis le fameux #metoo qui a envahi les réseaux sociaux.

Sommes-nous des femmes comme les autres, avons-nous les mêmes droits ?

J’ai entendu pas mal d’histoires sur des faits que je considère comme des agressions sexuelles et qui sont le plus souvent minimisées par celles qui les ont subies, elles en parlent rarement.

Je me pose encore plus cette question depuis que j’ai vu les réactions négatives suscitées par l’intervention de Brigitte Lahaie où elle évoquait la possibilité d’avoir un orgasme pendant un viol. Comme souvent la plupart n’ont entendu que ce qu’ils ont voulu entendre. Le corps peut réagir contre sa propre volonté et “le plaisir” que ces femmes pourraient ressentir à ce moment-là n’a rien à voir avec le consentement. Brigitte Lahaie n’a-t-elle pas été vilipendée parce qu’elle est une ancienne actrice porno ? Si elle était gynécologue ou psychologue aurait-elle été autant agressée ? Sa parole aurait-elle été plus crédible ?

Et la notre ? Nous les femmes libertines qui vivons une sexualité ”hors norme“, avons-nous le droit de nous plaindre si un homme lors d’une soirée devient trop entreprenant et que même si nous lui faisons comprendre par un geste, une parole ou un regard il insiste, « nous tripote » sans notre consentement ?

La devise du libertinage est “tout est possible rien est obligatoire”, mais ce n’est qu’une devise et si la plupart du temps elle est respectée, il arrive aussi qu’il y ait des comportements inappropriés lors de ces soirées, et que l’on soit à moitié à poil voire complètement cela n’autorise pas ces hommes à le faire. Bien sur la plupart d’entre nous savons gérer “ces lourdings” qui ne savent pas se tenir et dans une soirée en général les hommes interviennent lorsqu’une femme se retrouve “en mauvaise posture“, cet homme-là sera mis dehors, et l’information circulera chez les orgas, tout ce qu’il aura gagné c’est de passer une mauvaise soirée, et de ne plus être invité nulle part.

Mais quand on se retrouve seule avec un homme…

Sur les sites libertins on a des outils qui nous permettent de savoir à qui on a à faire, et principalement les témoignages émis par les uns et les autres, et lorsque cela se passe bien pour l’une cela peut mal se passer pour une autre. Les témoignages ne sont pas une garantie de réussite et de sécurité d’une rencontre même s’ils ont leur importance.

Au début de mon libertinage je me suis intéressée à un homme, il n’avait que de très bons témoignages. Dès que j’ai commencé à liker certaines photos ou son actu, des femmes m’ont envoyé des messages pour me dire d’être vigilante, au début je n’y ai pas prêté attention, j’ai mis ça sur le compte d’histoires qu’il peut y avoir parfois sur le site ou de jalousie « d’ex ». Nous aurions dû nous rencontrer mais à chaque fois il y a eu un contretemps (je dois avoir un ange-gardien), puis j’ai fait la connaissance d’une femme lors d’une soirée, je la savais fiable, elle m’a avoué qu’elle l’avait rencontré et qu’elle avait dû le supplier pour qu’il ne la sodomise pas et même s’il l’a fait pleurer elle ne se considère pas comme agressée…

Bien sûr j’ai mis un terme à nos échanges.

Toutes les fiches n’ont pas de témoignages, certains ne veulent pas les publier, d’autres n’en ont tout simplement pas reçu, avec ces hommes-là il faut être encore plus vigilante.

J’ai parfois pris certains risques, rarement mais je l’ai fait, en toute conscience que cela pouvait mal tourner, deux fois pour être exacte, j’ai failli le faire une 3ème fois mais j’ai renoncé, peut-être mon instinct qui me disait de ne pas y aller…

Une première fois ou je suis allée assez rapidement chez un homme que je n’avais jamais rencontré, je ne savais rien de lui. Nous étions convenus que son appartement serait éteint et que je mettrais un bandeau sur les yeux, et une seconde fois un homme que j’ai reçu et à qui je me suis soumise le temps d’un après-midi, je ne sais toujours rien de lui, ni son nom ni son numéro de téléphone. Évidemment je ne conseille pas ce genre de comportement, ce sont mes choix à un instant T, je me sentais en confiance, j’ai pris un risque, et dans les deux cas cela s’est très bien passé, le second est même une de mes plus belles rencontres, mais j’aurais très bien pu tomber dans un traquenard. Et si tel avait été le cas, est-ce que j’aurais pu porter plainte ? Est-ce que j’aurais osé le faire ? Je me serais peut-être sentie coupable… Comment expliquer la situation à la gendarmerie ou au commissariat…

Je n’ai pas la réponse…

Le viol serait un grand classique des fantasmes féminins…

J’ai imaginé une situation, il y en a d’autres qui me viennent à l’esprit, mais j’ai voulu prendre un cas extrême, celui où une femme évoquerait ce fantasme avec un homme lors d’échanges écrits, où elle lui aurait dit qu’elle aimerait le vivre, elle lui aurait confié son fantasme mais sans lui demander de le réaliser, elle aurait même pu le scénariser, lui raconter comment elle imaginait ce moment. Et cet homme pensant lui faire plaisir déciderait de le mettre en œuvre sans la prévenir et sans son consentement…

Forcément c’est un fantasme de viol…

Le “fantasme” devient réalité, son corps réagit, elle prend du plaisir… Mais elle le vit mal, elle se sent sale, elle n’a pas choisi cette situation elle n’a pas choisi son ou ses partenaires. Elle l’a fantasmé, mais elle ne l’a pas voulu.

Est-elle une victime ? peut-elle porter plainte ? Osera-t-elle ?
Si elle le fait ses écrits ne risquent-ils pas de la décrédibiliser ?
Ne se sentira-t-elle pas coupable ?

Et si elle le fait, sa sexualité risque d’être révélée à sa famille, ses enfants, ses amis, ses collègues…

Je m’imagine à sa place… Porter plainte ou me taire… Je n’ai pas la réponse…
Pas parce que je me sentirais coupable, mais par peur des réactions de mon entourage…

La seule chose dont je suis sûre c’est qu’une libertine ou une femme qui a une sexualité libérée EST un femme comme les autres. Mieux, C’est une femme qui sait parfaitement assumer ses envies mais aussi décider de ce qu’elle veut ou ne veut pas, qu’elle a les mêmes droits, que sa parole est crédible, et que quoi qu’il arrive elle peut porter plainte, et c’est aussi valable pour les T-girls et les hommes.

Le seul doute qui subsiste, sa parole sera-t-elle entendue et prise en compte …

Vous pouvez retrouver mon article “ Le libertinage est-il dangereux ?” sur mon blog
Et je vous invite à aller voir celui-ci sur les témoignages entre libertins « Do you know my friend ?

JBD_002

3 Comments

  1. Une femme Est une femme, quels que soient ses orientations, ses choix de vie…
    Une femme est une citoyenne autant qu’un homme et elle a les mêmes droits que n’importe quel homme ou autre femme, quels que soient ses choix et ses orientations… La Justice se devrait être aveugle…
    Un acte non consenti est une viol, quelles que soient les circonstances qui l’ont amené… c’est aussi le non respect de la liberté de dire « non », de faire marche arrière, de ne vouloir aller au bout de l’exécution d’un fantasme… L’homme qui ne respecte pas ce droit de dire « stop » est un violeur !
    Sinon, à force de se restreindre qu’à des personnes n’ayant que des témoignages, ne risque-t-on pas de s’enfermer dans un cercle de plus en plus restreint et de passer à côté de belles personnes qui mériteraient d’être découvertes ? Se restreindre à un cercle de plus en plus fermé ne mène-t-il pas à la lassitude, à une certaine sclérose ?

    J'aime

    1. Les témoignages ne sont pas un gage de sécurité, mais pour une débutante ils peuvent rassurer, je lui conseillerai pour ses premiers pas de sélectionner des profils avec témoignages, ensuite quand elle se sera affirmée elle pourra aller vers les autres. Quand à moi si je ne vais plus que vers des profils avec témoignage, c’est simplement parce qu’il y a de plus en plus de « fake » sur les sites. Je ne veux plus perdre de temps avec des personnes qui posent des lapins ou ne passent jamais la barrière du virtuel.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s