C’est un pervers manipulateur

Voilà quelques mots que je lis ou que j’entends trop souvent ces derniers temps.
Les séparations sont rarement faciles, parfois on se sent trahie, on est persuadée qu’il s’est fichu de nous et nous a pris pour une conne… oui peut être mais ça ne fait pas de lui un pervers manipulateur, attention à ces mots ils sont très forts et peuvent être très blessants. Bien sûr je ne nie pas qu’ils existent, mais gardons ces qualificatifs pour ceux-là, les vrais.

Lors de ma dernière séparation j’étais très en colère, j’ai moi-même utilisé ces mots volontairement pour le blesser, mais je les ai gardés pour lui, je ne l’ai pas proclamé sur tous les toits, nos problèmes ne regardaient que nous. Il y avait ce que je vivais et ce que je ressentais, lui voyait les choses autrement.

Lors d’une séparation, il y a toujours un temps de colère, on voit tout en noir, les défauts de l’autre sont amplifiés, parfois on se met à détester ce qu’on a aimé chez l’autre.

J’ai ressenti cette colère, à l’époque j’aurais aimé pouvoir échanger avec une amie, c’était lourd à porter et ne pas pouvoir m’exprimer entretenait ce sentiment d’avoir été manipulée, je n’avais personne pour me faire comprendre que j’avais peut-être tort, qu’il ne fallait pas réagir aussi violement, mais je ne pouvais pas le faire, dans mon entourage personne n’aurait compris cette relation si particulière.

Puis la colère est passée, laissant la place à la raison, oui il m’a menti à plusieurs reprises, mais j’ai aimé cet homme, et j’ai repensé à tous nos moments, de merveilleux moments, cet homme m’a beaucoup apporté et m’a fait évoluer, il m’a rendu plus sure de moi, grâce à lui je me suis affirmé, il m’a rendu belle, il m’a appris à m’aimer. Un comportement à l’opposé du pervers manipulateur qui vous humilie et vous dévalorise, et pourtant j’ai utilisé ces mots…

Dans nos communautés, libertine ou BDSM nous pouvons être encore plus tentées de traiter celui que nous avons aimé de pervers manipulateur, et peut être encore plus dans le BDSM, ou nous nous soumettons à un Dom, où nous confions nos envies, nos besoins, nos fantasmes et notre sexualité à un autre, bien souvent pour qu’il les réalise, nous lui donnons toutes les clés. Nous acceptons des jeux ou des situations que nous n’aurions pas été capables de faire sans LUI à nos côtés, nous l’avons voulu et lorsque la séparation est là, souvent nous alimentons notre colère avec des moments que nous n’aurions jamais fait seule.

“Il m’a manipulée, il m’a fait faire ça, ce n’est pas moi”, etc, etc…

Et dans une période de séparation nous trouvons toujours de bonnes âmes bien intentionnées qui vont entretenir ce sentiment que l’autre est mauvais, que c’est juste un infâme salop, un “pervers manipulateur”. Des ex qui ont repéré la séparation et qui viendront vous dire qu’elles aussi ont vécu la même chose.

J’ai fait le choix de n’écouter personne, une fois la colère passée j’ai repensé à tout ce qu’il m’a apporté, j’avais envie de renouer le lien, un lien amical, c’est quelqu’un qui a compté et que je n’avais pas envie de perdre, quel dommage de se déchirer quand on s’est aimé…
Il est ma plus belle rencontre, et donc forcément ma plus grande déception, une déception de ne pas avoir été son idéal comme lui était le mien, une déception qui a généré cette colère noire et ces mots si forts. Je regrette ces mots “pervers manipulateur”, il ne les méritait pas.

Depuis nous nous sommes revu en terrain neutre lors de soirées, cela c’est bien passé, je crois que nous étions heureux de nous revoir, dernièrement lors d’un anniversaire il était présent accompagné de sa soumise. J’avoue que c’est un moment que je redoutais, mais je m’y étais préparée, il a voulu me la présenter, j’ai évité, mais pas pour moi pour elle, je ne sais pas si à l’époque de notre relation j’aurais bien vécu qu’il me présente à une ex, nous avons eu un lien fort et je ne voulais pas qu’elle se sente mal à l’aise, qu’elle doute, j’ai préféré rester discrète.

Personnellement, quand j’ai un couple d’amis qui se sépare, je ne prends jamais parti, je ne veux pas avoir à choisir mon camp, je les aime tous les deux, et même si l’un d’eux “a fauté” c’est leur histoire pas la mienne, je suis simplement là pour eux s’ils ont besoin d’une oreille attentive, j’essaie d’apaiser la colère et de relativiser, de rester objective.

N’oublions pas que dans une histoire et surtout lors d’une séparation, il y a toujours deux versions et plusieurs interprétations.

L’apaisement réside en chacun de nous – Dalaï-Lama

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :