LeFantasmeDeLaPute

Points

Le printemps arrive et comme à chaque fois ma libido se réveille 

J’ai faim, mon corps est affamé, le hic c’est que si je me tape un “plan Q” je vais être frustrée comme d’habitude, le sexe pour le sexe m’ennuie j’ai besoin de plus, pour assouvir mon corps il faut que mon cerveau soit lui aussi nourri…

Ça fait déjà un moment que le fantasme de la pute me trotte dans la tête, c’est le moment de passer du fantasme  à la réalité.

Je me connecte sur le site pour trouver le bon candidat. Il me faut la caricature, du mec qui se présente comme un gentleman, qui te promet LA belle soirée, resto étoilé, champagne, suite, etc etc, un mec sûr de lui et assez imbu de lui-même. Avec de belles recommandations de petites minettes qui se seraient laissées attirer par tous ces clichés, une garantie qu’il ne pipeaute pas sur ses moyens comme beaucoup qui au final sont complètement fauchés.

Au bout d’une vingtaine de minutes je tombe sur un profil intéressant, en plus tout à fait le genre d’homme que j’aime ce qui ne gâche rien au scénario que je suis en train de préparer.

Ses photos sont en mode public, il a de la prestance, et même si le texte de sa fiche reflète quelqu’un de prétentieux il est plutôt sympa, original et bien écrit. 

Je fais une copie d’écran de ses photos et je lance une recherche sur Google image… 

Oh le con il utilise sa photo LinkedIn sur wyylde… 

Ce mec est juste parfait… je sens que ça va être un vrai  plaisir de jouer…

Il faut que je sois subtile, que je minaude, surtout ne pas être directive, il doit avoir l’impression que je suis subjuguée par son charisme…

Je vais jouer à la fifille, a la quiche flattée qu’un homme tel que lui s’intéresse à ma petite personne…

Je visite sa fiche plusieurs fois pour attirer son attention, à la quatrième fois je le mets dans mes favoris. 

Il me contacte, le poisson est ferré

Son message est tel que je l’imaginais, les mêmes phrases bateaux que la plupart de ses congénères… Un mélange de galanterie et de flatterie dans un français littéraire qui a pour seul but de séduire une nana, la sauter et très vite passer à une autre ….

Mais c’est le jeu on est sur un site Libertin, on est tous là pour une seule chose, baiser

On commence à  échanger, même si il m’agace c’est le candidat parfait,  il parle beaucoup de lui, moi-je… moi-je… moi-je… moi-je… etc… etc…

Il faut  que je vérifie qu’il se vexe facilement qu’il est susceptible, mais je dois faire attention à  ne pas le faire fuir, je fais de l’humour je le taquine, ça marche il se vexe, je m’excuse.

Je ne veux pas le recevoir chez moi, sur ma fiche la ville indiquée est Paris, je dois trouver une parade pour l’emmener à l’hôtel sans qu’il ait à payer 

Je lui explique que je suis en banlieue, que par sécurité comme c’est une petite ville je préfère indiquer Paris et quand j’ai plusieurs jours de réunions au siège social, ma société me loge dans un hôtel, je serai sur Paris la semaine prochaine, je lui propose de prendre un verre au bar de mon hôtel le mercredi soir. Il accepte, le RDV est pris pour 20h30 ce qui me laissera tout le temps de me préparer.

Le piège s’est refermé.

J’ai pris une chambre au Novotel de la gare de Lyon sous un autre nom, un classique pour les sociétés il n’aura pas de doute,  en plus le bar est plutôt sympa.

J’ai choisi une tenue sexy très classique, une robe noire toute simple, des sous-vêtements noirs en tulle brodé, des bas nylon et une paire d’escarpins, un maquillage léger et quelques bijoux pour parfaire mon image de bonne bourgeoise que je suis censée être, juste un collier de perles et de simples brillants aux oreilles, 

20h20… j’ai soif je boirai bien une bière… Je ne peux pas descendre au bar je ne dois pas arriver avant lui… 

20h40 il est temps de descendre le rejoindre…

Il fait chaud et j’ai toujours  envie d’une bière rafraîchissante, mais je reste dans mon rôle je commande une coupe de champagne…

On discute, comme dans les échanges écrits il ne parle que de lui, il se positionne en mâle dominant, le mâle de pouvoir, celui qui possède tout, celui qui connait plein de gens importants, des gens qui lui sont tous redevables…  etc… etc….

Il met sa main sur mon genou, nous flirtons un peu,  je fais ma timide, je joue ma mijaurée…

Heureusement que j’ai ma petite idée en tête qui m’excite sinon je sens que la nuit risque d’être ennuyeuse….

Il veut m’inviter à dîner, je lui réponds en baissant les yeux d’un air gêné que j’ai grignoté quelque chose en partant du bureau, je dois me lever tôt demain, et que à l’instant j’ai juste très envie de lui…

Il règle nos deux verres, nous montons dans la chambre…

Comme je m’y attendais

Tes préliminaires sont aussi chiants que tes échanges… 

Comme beaucoup de mecs tu as besoin d’être rassuré sur tes “capacités sexuelles à faire jouir une femme”… tu me demandes si c’est bon, si j’aime ça… les questions habituelles qui flattent l’égo masculin…

Comme beaucoup de mecs tu crois que ta queue est le saint-graal… que quelques léchouilles et deux ou trois va-et-vient me feront atteindre le septième ciel…

Comme beaucoup de mec tu te plantes…

Tu es tellement imbu de toi-même que tu te regardes baiser…

Quelques ondulations du bassin, quelques gémissements bien placés suffisent à te rassurer…

Moi je te regarde, je t’analyse… et plus je t’observe plus tu es mon candidat parfait…

Je méprise les hommes comme toi, ceux qui appâtent les nanas en étalant leur pognon…

Je sais que je vais t’humilier et ça c’est jouissif…

Enfin tu jouis… 

Tu es peut-être encore beau mec, tu as toujours de l’allure… Mais une fois à poil comme tous les vieux tu deviens moche dans ta jouissance, ton visage est déformé, tes chairs sont flasques, tes rides sont accentuées, tes yeux sont hagards

Tu es laid, ça te rend vulnérable, et j’aime ça…

Le guerrier est fatigué, il s’est endormi… il est temps pour moi de partir…

Je laisse cinq billets de vingt euros sur l’oreiller et un petit mot

“Merci pour ce moment, la chambre est payée, tu peux rester jusqu’à midi”

Comme beaucoup de mecs tu as voulu m’impressionner avec ton fric…

Le pouvoir c’est l’argent… 

Et sans que tu ne t’en rendes compte le pouvoir c’est moi qui l’ai eu cette nuit là …

Cette nuit là tu as été ma pute…

Je suis rentrée chez moi, j’ai fais couler un bain, je me suis longuement caressée

J’ai joui intensément en songeant à l’humiliation que tu allais ressentir à ton réveil…

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2020 – Journal d’une bourgeoise délurée

1 Comment

  1. Excellent…
    Rassuré, ce n’était pas moi… Je ne suis pas riche… et je ne suis plus sur wyylde (je n’ai jamais si peu rencontré sur ce site pourtant promettant des succès rapides et des promesses de rencontres jamais tenues… peut-on parler de gougeâterie pour une femme ?). Mais que ça doit faire mal à son ego… ce texte sur wyylde sur lequel il pourrait tomber ? Oui, de tels mecs peuvent être plutôt chiant… tout comme certaines femmes…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s