Cerebralite

Mon dernier texte a provoqué bon nombre de réactions, assez diverses. J’ai senti comme un malaise chez certains lecteurs.

Je reconnais que si un homme avait écrit ou mis en place ce scénario et l’avait publié, il se serait fait clouer au pilori, et j’aurais peut-être été la première…

Mais je crois surtout que beaucoup n’ont pas compris le sens de ce récit, fantasmé ou réalisé…

C’est vrai qu’on peut avoir différentes interprétations, certains ont évoqué la notion du consentement, d’autres le pouvoir et aurait peut-être pu y déceler une forme de mépris vis-à-vis des hommes. Mais il n’en est rien bien au contraire, il suffit de lire mes autres textes pour s’en rendre compte.

Beaucoup se disent cérébraux, je ne sais pas exactement ce que ça veut dire, la seule chose que je sais c’est que j’ai un cerveau qui fonctionne à 1000%, que c’est seulement quand ce cerveau est sollicité que ça va me mettre dans un état d’excitation. Qu’il m’est arrivé de jouir sans aucun attouchement juste parce qu’un échange ou une situation était assez forte pour provoquer cette réaction.

J’évoque juste dans ce texte mon gros besoin de cérébralité.

Parfois… et je dis bien parfois, j’envie ces femmes qui peuvent se retrouver dans les bras d’un homme et prendre simplement du plaisir juste par des baisers ou des caresses.

Ce n’est pas mon cas, ça ne me suffit pas, ça peut peut-être fonctionner la première fois et la seconde je vais très vite m’ennuyer.

Mon excitation ce n’est pas mon corps qui me la fournit, ça va être une situation ou quelques très rares personnes que j’ai rencontré et qui vont alimenter “mon usine à vices” et ça pour moi c’est juste magique.

Ces situations je les provoque, je n’attends pas après les autres, beaucoup m’envoient des scénarios divers et variés, des classiques qui ne mettent pas en ébullition mes neurones et qui ne me donnent pas envie de les rencontrer.

Plutôt que d’attendre j’ai décidé de les provoquer, c’est vrai que ça peut être pris pour de la manipulation, d’une certaine façon ça en est, et parfois ça va loin, il m’est arrivé de me mettre consciemment en danger, mais c’est ce qui m’excite et c’est ce qui va faire que je vais en jouir et l’autre aussi je l’espère…

Ça peut paraitre triste pour certains d’avoir besoin de ça pour prendre du plaisir, d’autres y verront peut-être un esprit pervers ou une anormalité, mais je n’échangerai “ma cérébralité” pour rien au monde.

Je vis des moments exceptionnels.

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2020 – Journal d’une bourgeoise délurée

 

2 Comments

  1. Cérébralité… sapiosexualité… quel beau mot qui fut à la mode dans les fiche d’un certain nombre de femmes sur wyylde… et que lorsqu’on éprouve la réalité de leur nature, on s’en trouve fort déçu ; ça fait bien, sans doute, comme se dire « hédoniste » ou « épicurien(ne) », sans savoir ce que préconisait réellement Épicure… tout comme se dire liberin(e) en pensant que le modèle en était un certain Sade… pourtant contraire à la philosophie originelle libertine : une liberté d’esprit et pas seulement de corps… loin des pratiques de ce très cher marquis… usant de contrainte et de violences pas forcément désirées et consenties…
    J’adore votre esprit libre… et aimeras tant être un jour la proie de cette « perverse » provocation… connaître cette sensation d’être pris au piège, dans l’acceptation pleine et entière de la situation… mais cela demeurera un fantasme… ce qui n’est déjà pas si mal.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s