Pervers manipulateur

C’est un pervers manipulateur

Voilà quelques mots que je lis ou que j’entends trop souvent ces derniers temps.
Les séparations sont rarement faciles, parfois on se sent trahie, on est persuadée qu’il s’est fichu de nous et nous a pris pour une conne… oui peut être mais ça ne fait pas de lui un pervers manipulateur, attention à ces mots ils sont très forts et peuvent être très blessants. Bien sûr je ne nie pas qu’ils existent, mais gardons ces qualificatifs pour ceux-là, les vrais.

Lors de ma dernière séparation j’étais très en colère, j’ai moi-même utilisé ces mots volontairement pour le blesser, mais je les ai gardés pour lui, je ne l’ai pas proclamé sur tous les toits, nos problèmes ne regardaient que nous. Il y avait ce que je vivais et ce que je ressentais, lui voyait les choses autrement.

Lors d’une séparation, il y a toujours un temps de colère, on voit tout en noir, les défauts de l’autre sont amplifiés, parfois on se met à détester ce qu’on a aimé chez l’autre.

J’ai ressenti cette colère, à l’époque j’aurais aimé pouvoir échanger avec une amie, c’était lourd à porter et ne pas pouvoir m’exprimer entretenait ce sentiment d’avoir été manipulée, je n’avais personne pour me faire comprendre que j’avais peut-être tort, qu’il ne fallait pas réagir aussi violement, mais je ne pouvais pas le faire, dans mon entourage personne n’aurait compris cette relation si particulière.

Puis la colère est passée, laissant la place à la raison, oui il m’a menti à plusieurs reprises, mais j’ai aimé cet homme, et j’ai repensé à tous nos moments, de merveilleux moments, cet homme m’a beaucoup apporté et m’a fait évoluer, il m’a rendu plus sure de moi, grâce à lui je me suis affirmé, il m’a rendu belle, il m’a appris à m’aimer. Un comportement à l’opposé du pervers manipulateur qui vous humilie et vous dévalorise, et pourtant j’ai utilisé ces mots…

Dans nos communautés, libertine ou BDSM nous pouvons être encore plus tentées de traiter celui que nous avons aimé de pervers manipulateur, et peut être encore plus dans le BDSM, ou nous nous soumettons à un Dom, où nous confions nos envies, nos besoins, nos fantasmes et notre sexualité à un autre, bien souvent pour qu’il les réalise, nous lui donnons toutes les clés. Nous acceptons des jeux ou des situations que nous n’aurions pas été capables de faire sans LUI à nos côtés, nous l’avons voulu et lorsque la séparation est là, souvent nous alimentons notre colère avec des moments que nous n’aurions jamais fait seule.

“Il m’a manipulée, il m’a fait faire ça, ce n’est pas moi”, etc, etc…

Et dans une période de séparation nous trouvons toujours de bonnes âmes bien intentionnées qui vont entretenir ce sentiment que l’autre est mauvais, que c’est juste un infâme salop, un “pervers manipulateur”. Des ex qui ont repéré la séparation et qui viendront vous dire qu’elles aussi ont vécu la même chose.

J’ai fait le choix de n’écouter personne, une fois la colère passée j’ai repensé à tout ce qu’il m’a apporté, j’avais envie de renouer le lien, un lien amical, c’est quelqu’un qui a compté et que je n’avais pas envie de perdre, quel dommage de se déchirer quand on s’est aimé…
Il est ma plus belle rencontre, et donc forcément ma plus grande déception, une déception de ne pas avoir été son idéal comme lui était le mien, une déception qui a généré cette colère noire et ces mots si forts. Je regrette ces mots “pervers manipulateur”, il ne les méritait pas.

Depuis nous nous sommes revu en terrain neutre lors de soirées, cela c’est bien passé, je crois que nous étions heureux de nous revoir, dernièrement lors d’un anniversaire il était présent accompagné de sa soumise. J’avoue que c’est un moment que je redoutais, mais je m’y étais préparée, il a voulu me la présenter, j’ai évité, mais pas pour moi pour elle, je ne sais pas si à l’époque de notre relation j’aurais bien vécu qu’il me présente à une ex, nous avons eu un lien fort et je ne voulais pas qu’elle se sente mal à l’aise, qu’elle doute, j’ai préféré rester discrète.

Personnellement, quand j’ai un couple d’amis qui se sépare, je ne prends jamais parti, je ne veux pas avoir à choisir mon camp, je les aime tous les deux, et même si l’un d’eux “a fauté” c’est leur histoire pas la mienne, je suis simplement là pour eux s’ils ont besoin d’une oreille attentive, j’essaie d’apaiser la colère et de relativiser, de rester objective.

N’oublions pas que dans une histoire et surtout lors d’une séparation, il y a toujours deux versions et plusieurs interprétations.

“L’apaisement réside en chacun de nous – Dalaï-Lama”

Un grand moment de panique

Mais aussi un de mes moments les plus drôles de ma vie libertine…

Certains le savent, j’organise des soirées avec quelques amies, et en particulier des soirées 100% femmes. Dans ces soirées je joue très peu, je n’en ai pas vraiment le temps, mais parfois il arrive que l’une des participantes m’entraine dans ses jeux.

Et c’est ce qui est arrivé lors de la soirée “Le couvent des libertines”

Je ne sais pas si c’était la pleine lune ce soir-là, ou le fait d’être vêtues en bonnes sœurs lubriques, mais elles étaient toutes déchainées.

Dans les participantes il y avait une jolie blonde d’une quarantaine d’années, je la connaissais déjà, elle était venue plusieurs fois.

Une fille simple et naturelle, et très sympathique.

Quand elle se sent bien, que l’ambiance lui plait, elle se met à planer…

Elle était en train de danser lascivement… toute seule… lorsqu’elle me voit et m’entraine vers l’un des canapés.

Je n’avais pas prévu de jouer, j’allais juste mettre une batterie chargée dans mon appareil photo. Mais je ne sais pas pourquoi ce soir-là je me suis laissée entrainer par cette jolie blonde

Je ne suis pas une vraie bi, mon plaisir passe essentiellement par l’homme, mais j’aime le plaisir des femmes et j’aime le leur donner.

J’ai donc commencé à jouer avec ma jolie blonde qui était très très gourmande, mes mains s’activaient, timidement d’abord… un doigt… puis deux… puis trois…
Je sentais par ses mouvements qu’elle en voulait plus… qu’elle attendait autre chose…
Moi je ne savais pas quoi faire, j’avais peur d’aller trop loin… peur de la blesser… Je n’avais jamais fisté une femme et je n’avais jamais imaginé le faire et encore moins sans être guidée la première fois…

Je regardais autour de moi… personne…

Mes doigts continuaient à s’activer… et son bassin ondulait de plus en plus…

Dieu soit loué !… (c’était une soirée couvent, je peux me permettre d’invoquer Dieu 😇)

Ma belle Lady, ma complice de soirée arrive et me rejoint…
Je lui dis à voix basse que je pense qu’elle veut que je la fiste mais que je ne l’ai jamais fait et que je n’ose pas…

Elle jette un coup d’œil, un peu comme une sage-femme qui vérifierait la dilatation du vagin, puis elle me prend la main et la pousse pour l’enfoncer jusqu’au poignet.

Mon cœur bat à 300 à l’heure…

Elle me rassure… Elle m’indique quoi faire… nous nous remplaçons… à nous deux nous la pénétrons tour à tour…
Et enfin la sensation de son emprise… ce poignet serré que je ne pouvais plus retirer…

J’ai adoré…

Dès que je l’ai pu, j’ai retiré ma main doucement, la jolie blonde était partie dans un autre monde…
Un monde où elle n’entendait rien et ne voyais plus rien…

Et la grand moment de panique !…

“- Lady je n’ai plus mon bracelet, il a dû se décrocher dans son vagin !
– tu déconnes ?
– non, non je suis sérieuse je ne le quitte jamais et je l’ai plus
– Attends je vais voir”

Et voilà ma Lady qui retourne chercher mon bracelet, qui n’y était pas bien sûr…
Il s’était bien décroché mais je l’ai retrouvé ensuite entre les coussins du canapé

Après ce moment de panique, nous avons été prises d’un fou rire incontrôlable. Notre jolie blonde a émergé se demandant ce qu’il se passait

On lui raconté, elle nous a simplement dit “ Je suis bien partie, c’était top”.

Elle était ravie et c’était là l’essentiel

J’ai fait une autre “bêtise” ce soir-là… J’avais une poussière dans l’œil et je me suis frotté les yeux sans m’être préalablement laver les mains… résultat une conjonctivite impressionnante, deux semaines avec des yeux de lapin atteint de myxomatose…
Et que dire à son médecin qui vous demande comment vous avez fait pour que l’infection soit aussi foudroyante…

“Oh rien de bien spécial docteur, juste une petite partouze entre filles ce week-end, je me suis frotté les yeux avec ma main qui sortait d’un vagin…”

Quand on y repense, on en rit, mais prise dans le jeu, tout ce que j’ai fait ce soir-là va à l’encontre de mes principes d’hygiène.

Je bats ma coulpe !

Petit rappel :
Fist => mains propres, gants chirurgicaux, aucun bijou

Jenesuispaslibertine

noirsobriete_002

 

Pourquoi je me qualifie comme une bourgeoise délurée plutôt qu’une libertine.

Actuellement il y a un débat concernant “les vrais libertins” et “les faux libertins” ou le “c’était mieux avant”… Je ne rentrerai pas dans ce débat, je ne sais pas ce qu’est un “vrai libertin” et je ne connais pas “l’avant”.

Chacun vit sa sexualité comme il l’entend, sur les sites ou ailleurs en essayant de faire fi de tout ce qui peut être désagréable, et c’est ce que j’essaie de faire.

Je ne me définis pas comme libertine, mais je me suis rendu compte que les sites libertins sont ceux qui me conviennent le mieux.

Au début c’était simplement par “protection” et par souci de ne pas mentir sur mon expérience, j’arrivais dans un monde que je ne connaissais pas et dont je n’avais qu’une vague idée. Je ne voulais pas que les personnes qui allaient entrer en contact avec moi ou celles que j’allais rencontrer, s’attendent à une femme totalement libérée, sans tabou et maitrisant tous les codes du libertinage.

C’était loin d’être mon cas, j’étais timide et totalement novice…

Cela fait maintenant presque trois ans que je fréquente ce milieu, milieu dont je fais maintenant partie, mais je n’arrive toujours pas à me définir comme libertine.

Ce n’est pas que je n’assume pas ma façon de vivre, c’est simplement que la plupart du temps je ne me retrouve pas dans ce que je peux voir ou lire.

Si je prends le cadre des sites libertins, j’ai plus souvent envie de fermer ma fiche que d’échanger avec les personnes qui entrent en contact avec moi (pas mieux sur les sites conventionnels).

Je retrouve très rarement sur les sites libertins ces jeux de séduction que l’on peut pratiquer dans un autre cadre. Souvent tout est trop direct… Et j’ai besoin de ce jeu de séduction.

Parfois j’ai l’impression qu’on me demande un RDV chez le dentiste…

La plupart des messages sont de banals copiés/collés, ou alors des “cc”, “bjrs”,  “ça va”, “on fait connaissance”, etc… quand ce n’est pas des “tu baises” ou “tu veux me voir me branler”…sans parler de tous ceux qui veulent directement vous inviter au resto avec l’intention de vous consommer en guise de dessert, et évidemment sans perdre le temps d’un échange “épistolaire”… …

Je suis très sensible à l’esthétisme, le choix des photos et des ambiances affichées est important pour moi, le choix du pseudo en dit aussi beaucoup sur la personne, parfois il intrigue… Parfois il est rédhibitoire… Et les mots du texte de présentation lorsqu’ils sont bien choisis peuvent avoir un effet aphrodisiaque…

Les plus belles rencontres que j’ai faites, ce sont les textes de ces fiches qui ont immédiatement provoqué chez moi un désir de rencontre. La simple lecture de ces mots était jouissive, elle était si forte que je n’ai pas attendu que Monsieur fasse le premier pas… Le désir était là, brutal, l’échange était presque inutile

J’aime séduire et j’aime qu’on me séduise. Une fiche doit me mettre en appétit, me donner faim. Mais parfois même si le texte est beau, les photos belles, le physique attractif, les échanges sont souvent creux, et l’ennui me gagne rapidement… Ou alors je ressens trop vite que monsieur est pressé… son désir n’est qu’un désir de sexe… pas un désir pour la femme que je suis…

Ma fiche me représente, elle parle de moi de mon univers, d’une certaine façon elle est un mode d’emploi pour me séduire… J’aime ressentir dans un premier message que mon interlocuteur a pris la peine de la lire, de l’analyser, qu’il a cherché comment m’aborder.
Si le premier contact est positif, l’échange peut commencer, j’aime jouer avec les mots, cet échange doit donner l’envie de se rencontrer… provoquer le désir…
Ces échanges sont un peu comme des préliminaires virtuels…

Pour diverses raisons, je vais très rarement en soirées ou en club, ce qui reste une des grandes composantes du libertinage. En tant que femme seule je ne trouve aucun attrait aux soirées libertines “classiques”. Lorsque je me rends seule dans une de ces soirées, j’ai plus souvent l’impression de rentrer dans une épicerie et chercher “un truc à me mettre sous la dent”… ou d’être “le truc qu’on cherche à se mettre sous la dent”… Mais c’est complètement différent si je suis accompagnée de quelqu’un avec qui je partage plus qu’une simple “complicité libertine”.

D’ailleurs peut-on se définir comme libertin lorsque l’on est célibataire ?
Pour moi le libertinage rime avec partage, et avant tout avec l’être aimé.

Pour avoir été en couple “libertin”, j’aime les petites soirées multi-couples lorsque je peux les partager avec quelqu’un qui compte pour moi, mais pas un complice, j’ai besoin d’une véritable relation. Quand vous vivez ces moments avec quelqu’un cher à votre cœur, se retrouver ensuite en tête à tête est un moment très fort.

Dans le libertinage souvent on entend qu’il ne faut pas faire de sentiments, qu’on n’est pas là pour ça… beaucoup s’y refusent, certains vont chercher l’âme sœur sur meetic ou ailleurs, sur d’autres sites “plus respectables” et viennent sur les sites libertins simplement pour consommer du sexe, c’est peut-être aussi une des raisons pour laquelle je ne suis pas une “vraie libertine”, pour certaines pratiques, comme un trio HHF ou une pluralité j’ai besoin d’être accompagnée d’un homme avec qui j’ai une relation forte. Un homme en qui j’ai toute confiance, un homme pour qui je ne suis pas un objet sexuel ou une simple “complice de baise”, un homme qui a des sentiments pour moi.

Accepter de me partager est un cadeau qu’il me fait. Dans ces moments la j’aime croiser son regard et y lire le bonheur de me voir lâcher prise, le sentir près de moi. Il est attentif, sécurisant, protecteur. Nous ne sommes pas seuls mais nous sommes un couple fusionnel et cette fusion n’existe que lorsque les sentiments sont présents.

J’ai aimé, et je crois toujours en l’amour, je ne le cherche pas mais si je le croise je ne lui fermerai pas la porte, et peut être encore plus sur un site libertin.

Une histoire de cul n’a-t-elle pas plus de chance de se transformer en une histoire d’amour que l’inverse… Non ? vous n’êtes pas d’accord ?

Votre bourgeoise délurée…

LaConfiance

 

Je ne cherche pas à faire peur, je n’ai pas forcément la légitimité pour donner mon avis, mais il arrive que certaines femmes se livrent sur leur désir de soumission,  me demande des conseils ou un avis.

Il y a de plus en plus de de femmes qui ont envie de découvrir les jeux BDSM, poussées parfois par une excitation, d’autres fois par leur mari qui vont les confier à un Maitre.

Lors de la découverte de ces jeux plus que l’envie il y a une donnée essentielle pour vivre ce moment pleinement et en toute sérénité… c’est la confiance

Même si le Maitre qui va officier n’est pas le vôtre, même si ce n’est que pour une seule et unique séance, songez que vous vous en remettez à lui. Vous pouvez être attachées, les yeux bandés, et aussi bâillonnées. Vous êtes à sa merci, d’autant plus si vous êtes seule… d’où l’importance de la confiance.

J’aime me soumettre, et je suis très méfiante, il m’a fallu beaucoup de temps avant que j’accepte de laisser un homme user de certaines pratiques sur moi. Et j’ai une totale confiance envers les Maitres qui officient, et il y en a peu.

Il m’est aussi arrivé de me soumettre à des hommes sans les avoir préalablement rencontrés, rarement et j’ai toujours été à l’origine de ces moments, suite à quelques échanges, le feeling ayant opéré, je savais que je pouvais aller vers autre chose avec eux qu’un simple duo libertin. Ils ne sont pas vraiment des Maitres mais ont certains jeux assez poussés. J’avais confiance, et à aucun moment je ne me suis sentie en danger même si j’étais aveuglée par un foulard et ligotée. Une relation D/s n’est pas plus dangereuse qu’une rencontre lambda, si elle est bien maitrisée. Evidemment je ne conseille pas d’agir comme moi, loin de là, surtout pour une novice

Gardez à l’esprit cette phrase

“Une soumise choisi son Maitre, pas l’inverse”

Sur les sites vous trouverez beaucoup de pseudo Maitres qui pourraient vous faire passer un mauvais moment, ne sachant pas se maitriser et ne respectant pas vos limites.

Un homme qui vous propose immédiatement « une éducation » ou « de vous soumettre » fuyez le, il se fiche totalement de vos envies, il veut juste « une chose » que vous soyez « sa chose » et dans le mauvais sens du terme.

Un vrai Maitre lors des premiers échanges ne vous demandera jamais de vous soumettre,
il apprendra à vous connaitre. Certes un Maitre est un homme directif par nature, mais pendant la séance ; dans vos échanges le ton qu’il emploie n’est pas celui de la “gestapo”. Comment un homme qui vous aboie dessus par mail peut-il vous mettre en confiance…

De même que lors de la séance, surtout lorsque c’est une première fois et que vous êtes novice, il se soucie toujours de savoir si vous allez bien, il est très attentif à vos réactions. Jamais un Maitre ne vous poussera dans vos retranchements pour votre première séance Son objectif n’est pas de vous écœurer mais de vous faire découvrir de nouvelles pratiques et surtout que vous découvriez si c’est vraiment ce dont vous avez envie
Un Maitre ne fait pas de prosélytisme pour son univers,
Si il a accepté cette séance c’est qu’il a vu quelque chose chez vous.

Certains hommes comprenant mon ambiguïté avec le D/s me demandent quels sont mes fantasmes, il est très rare que je les évoque. Par exemple j’ai longtemps fantasmé sur les bougies, mais je n’en parlais pas, je ne voulais pas qu’un homme ne maitrisant pas cette pratique s’imagine qu’il en était capable et qu’il allait me faire vivre mon fantasme. J’aurais juste pu finir brulée…

Depuis je l’ai vécu, j’ai choisi le Maitre qui allait officier en toute confiance.
je me suis laissée guider sans la moindre appréhension, ni hésitation

Lorsqu’on est en position de contrainte et que l’on attend les premiers claquements des lanières de cuir ou les premières gouttes de cire qui vont venir toucher notre peau dans ces moments, il y a toujours une montée d’adrénaline, une petite boule au ventre. Mais cette boule au ventre est positive, elle est excitante.

Et c’est si bon…

Dans une relation D/s, que ce soit pour un contrat à long terme ou une simple séance il ne doit pas y avoir de peur, de méfiance, ou un sentiment d’être manipulé

Si vous avez êtes dans cet état d’esprit n’y allait pas

Vous ne lâcherez peut-être pas totalement prise la première fois, ce n’est pas grave, ne soyez pas déçue, ce n’est pas si facile de lâcher prise.

Si toutefois vous avez aimé, cette première séance n’est qu’une étape vers de nouveaux plaisirs. Et pour un abandon total, un véritable lâcher prise…
La confiance est essentielle…

Osez… mais prenez le temps de bien choisir celui qui vous guidera

 

Le libertinage est-il dangereux

Récemment j’ai avoué à une de mes plus proches amies ma vie dissolue,
Sa première réaction m’a étonnée

“Mais tu es complètement folle, tu ne te rends pas compte,
tu te mets carrément en danger en rencontrant des inconnus de cette façon”

Nous avons beaucoup discuté, je lui ai expliqué et je l’ai rassuré
Toutes les questions qu’elle se posait, je me les étais posé avant.

Oui c’est vrai on peut très bien tomber sur un “fêlé”…
Mais ça peut aussi nous arriver avec un homme qu’on rencontrerait sur un site conventionnel  ou de façon classique. Je lui ai rappelé l’affaire ilan halimi…

Oui c’est vrai il m’arrive de recevoir chez moi et je vais chez des hommes que je n’ai jamais rencontrés, j’ai une fois reçu un homme porte ouverte et les yeux bandés, je lui ai demandé de me ligoter, j’aurais pu passer un très mauvais moment mais ça a été un merveilleux après-midi. Je ne connais rien de cet homme à part son prénom et ce n’est peut être même pas le vrai, je ne connais pas son nom de famille ni son numéro de téléphone.

Un soir je suis allé chez un homme, la porte était ouverte, l’appartement dans le noir, je me suis dirigée vers la salle de bain j’ai mis un masque sur les yeux qu’il avait préparé, c’était le scénario convenu.… J’aurais très bien pu tomber dans un traquenard, ils auraient pu être plusieurs

J’aime cette montée d’adrénaline lorsqu’on va vers l’inconnu, j’aime cette prise de risque, la découverte de l’autre n’en est que plus excitante

Quelle femme n’a jamais rêvé d’être prise par un inconnu… sans le voir…
Quel homme n’a jamais eu ce désir…

Dans ce type de rencontre, il faut aller très vite, ne pas se laisser du temps pour réfléchir pour ne pas reculer et commencer à avoir des inquiétudes.

Je ne suis pas inconsciente, je fais très attention.

Je ne proposerais ou n’accepterais jamais ce type de RDV avec un nouvel inscrit, sans aucun témoignage sur sa fiche. Sur les sites libertins, les témoignages permettent de savoir à qui on a à faire, avec l’expérience on apprend à les décrypter. Je les lis, et je vais visiter la fiche de ceux qui les ont écrits. On peut très vite se faire une idée sur la personne que l’on va rencontrer, et plus il y a de témoignages plus c’est rassurant.

Il n’y a pas plus de risques que dans les rencontres classiques, peut-être même moins. Personnellement je n’ai jamais eu de problème

La plupart de mes rencontres ne sont pas aussi “risquées” la plupart du temps nous avons pris le temps d’échanger, de nous découvrir, autour d’un verre ou d’un diner.

Mais parfois il y a des hommes avec qui j’ai envie d’oser…

Je vais rarement chez ces messieurs et peu sont invités à passer le pas de ma porte, en général ce sera plutôt un endroit neutre comme l’hôtel, un club ou une soirée libertine “officielle”.

Cela peut paraître contradictoire, mais je  ne vais jamais seule dans des soirées privées si je ne connais personne et encore moins si c’est un homme seul que je ne connais pas qui l’organise

Et pour toutes mes rencontres qu’elle soit “mesurées” ou “démesurées”, j’ai toujours un ou une complice qui est au courant, qui connait le profil que je vais rencontrer, je lui envoie un sms en cours de soirée pour lui faire signe que tout va bien, un simple smiley suffit.

Plus que l’agression j’ai toujours été plus inquiète par la possibilité de vol lorsque j’invite chez moi, c’est le genre d’histoire que l’on peut entendre parfois, tel ce couple qui avait invité une jeune femme chez eux et pendant qu’ils s’éclataient dans la chambre avec elle, “les amis” de cette jeune femme ont profité qu’ils avaient tous l’esprit ailleurs pour dévaliser la maison… ou les paires de Louboutin qui disparaissent… Il m’est arrivé de “perdre” des accessoires de jeu dans une soirée…

Lorsque je reçois, je range tout ce qui peut avoir de la valeur et à part des amis ou des complices que je connais bien personne ne dort chez moi.

Et de toute façon dans ce type de RDV avec l’inconnu ce que j’aime c’est aussi que cet homme s’en aille comme il est venu. Ce sont souvent des rencontres uniques qui n’en appellent pas d’autres pour que ce moment reste magique dans mon souvenir et ne soit pas dénaturé par d’autres rencontres “plus classiques”.

Les risques sont présents au quotidien, que ce soit en traversant la route, en conduisant, en grimpant sur un escabeau, ou en rencontrant un homme dans un café…

La prise de risque fait partie de la vie,

Qu’on soit un couple, un homme ou une femme il faut simplement faire attention

 

 

 

LasloSardanapale-Portrait
Si je te disais que tu n’es pas un libertin mais plutôt un épicurien, es-tu d’accord ?
Ces mots sont très à la mode : Libertin, Epicurien, Hédoniste ..

Franchement je ne sais pas. Mais si il fallait trouver un mot qui me caractérise le plus Je dirai un HappyCurien

Tu organises des soirées que j’appelais “semi-libertines”
Comment t’est venue cette idée ?
J’ai créé une soirée à laquelle j’aurai aimé être invité tout simplement en mettant en avant des talents artistiques, du jeux, de la fête et du sexe sans prendre les invités pour des cash machine avec pour seule devise « se satisfaire du meilleur »

Au début tes soirées étaient réservées aux couples, puis tu les as ouvertes aux femmes seules, penses-tu un jour élargir les participants aux hommes seuls ?
Oui bien entendu mais c’est assez compliqué d’ouvrir aux hommes seuls car beaucoup sont morts de faim et n’ont pas l’esprit festif en tête. Trop souvent Leurs seules motivations se situent sous la ceinture alors qu’il y a tellement  de zones érogènes chez la femme .  J’ai d’ailleurs lu un article il y a quelques semaines qui disait que  « la pénétration est le SMIC de la sexualité » .. j’adooore !!!

J’ai connu tes soirées à leur tout début, en quelques mois tu es passé d’une soirée d’une cinquantaine de personnes sur une péniche à une soirée de plus de 200 personnes dans un club mythique parisien, et en plein milieu de semaine… comment expliques-tu leur succès fulgurant ? t’es-tu parfois senti dépassé ?
C’est la combinaison de plusieurs choses. Tout d’abord le plateau artistique qui etait fabuleux, puis la distribution de cadeaux (plus de 20 000 euros de cadeaux offerts), le fait que l’entrée soit gratuite et enfin le lieu. Quant à savoir si je me suis senti dépassé, la réponse est Oui bien entendu Et c’est grisant aussi de perdre pieds, de douter ! J’adore la chanson « les gens qui doutent« 

Sur la grosse soirée du Taken, as-tu fait des erreurs ? as-tu eu des déceptions ? Que ferais tu autrement tu si tu pouvais revenir en arrière et revivre cette soirée ?
Il faut rappeler tout d’abord que j’organise ces soirées uniquement pour le plaisir. En clair je ne gagne par un euro (je perds même de l’argent) mais le moteur le plus enivrant dans la vie, pour moi, est le plaisir ! Alors oui il y a eu des erreurs, des déceptions mais rien de bien grave car il faut positiver et avancer pour faire toujours mieux Car les folies ne sont elles pas les seules choses qu’on ne regrette jamais ? Si je pouvais revenir en arrière je chercherai à trouver une solution pour éviter que 200 personnes ne puissent pas entrer.

Lors de la dernière soirée pour la première fois tu as invité beaucoup de partenaires  qui ont fait des cadeaux aux participants, qui est le plus facile à “draguer” ? Les femmes ou les partenaires ?
Amusant que tu fasses le parallèle entre les femmes et les partenaires . Dans les deux cas, il faut que tout le monde trouve un intérêt à participer à la soirée. Les partenaires cherchent de l’image, des clients potentiels et les femmes cherchent à s’amuser et pour certaines rencontrer un partenaire .. particulier !

La prochaine soirée embrassez qui vous voulez devrait être encore plus ”démesurée“, Si c’est une réussite, ce dont je ne doute pas, imagines tu pouvoir faire encore plus fort ?
Cette soirée pourrait-elle être ta dernière ?
Honnêtement je n’en sais rien. Tant que je prends du plaisir à organiser des soirées, je le fais. Le jour ou ça ne m’amusera plus j’arrêterai.

Malgré le succès et la forte demande, pourrais-tu revenir à une soirée  “embrassez qui vous voulez” plus intime ? en petit comité ?
Oui, pourquoi pas. Je n’ai pas d’idée mais suis ouvert à toutes propositions.. indecentes . En as tu une à me faire ?

As-tu de nouveaux concepts de soirées en préparation ?
Oui, je suis entrain de réfléchir a un concept de repas « Les dîners de Sardanapale » Mais Pas une orgie romaine .. quelque chose de plus subtil

Quel est ton plus beau souvenir de libertinage ?
Chacune de mes rencontres est un super souvenir.  Je rencontre peu car je préfère la qualité à la quantité.  Je n’arrive pas à les classifier car sur quels critères faudrait il le faire. L’émotion, l’excitation, la transgression, la sensualité, l’érotisme, la luxure ?? En y réfléchissant je crois que la plus belle des rencontres  est finalement toujours la prochaine

Chez les libertins je vois peu de soirées caritatives J’ai envie de te lancer un défi,
Mobiliser tout ce beau monde en 2018 pour apporter notre contribution au Sidaction. Tu le relèves ?
Partant pour se mobiliser autour d’une cause commune . Mais je préférai soutenir les trav Et trans car j’ai beaucoup de respect et d’administration  pour cette communauté souvent pointée du doigt

….

Vous pouvez retrouver toute son actu sur son site…
et qui sait on se rencontrera peut être lors d’un de ses événements

embrassezQVV-Blanc

 

Monsieur Z

Comment as-tu découvert le libertinage ?
Je travaillais dans un sex shop qui vendait pas mal de sex toys.

Certains clients m’ont initié au libertinage.

Qu’est ce qui t’as donné envie de te lancer dans l’organisation de soirées libertines
et la réalisation de nos fantasmes ?
Il y avait un besoin et une demande énorme d’organisation plus professionnelle.
Mon parcours pro vient notamment des métiers de service et de commerce
tels que l’hôtellerie et la restauration.
Même de nos jours, je pense que nous ne sommes pas assez d’organisateurs en région parisienne.

Je sais que tu n’es pas libertin et que tu ne “donnes” pas de ta personne lors des soirées,
l’as-tu été un jour ? t’est-il arrivé parfois d’avoir envie de participer ?
Bien sûr, je ne suis pas de bois mais toujours après coup.
Sur le moment, je suis tellement concentré sur le plaisir de nos convives que même si je le voulais,
je ne pourrai pas avoir
une érection. cf un article que j’ai écrit il y a déjà quelques années :
Comment jouir de ne pas participer..

Tu t’es spécialisé dans les gangbang, pourquoi ?
J’organise sur-mesure, c’est dans ce domaine où j’ai le plus de demandes

A ce jour saurais tu nous dire combien de gangbang tu as réalisé ?
J’ai arrêté de compter à 1300

Est-ce qu’il est déjà arrivé lors d’un gangbang qu’une femme change d’avis
au dernier moment, si oui comment gères-tu cette situation ?
Oui cela est arrivé à plusieurs reprises. Nous annulons tout simplement 🙂

Comment réagissent les hommes qui se sont déplacés pour elle ?
Après une 1ere déception, ils sont unanimement d’accord pour dire que c’était la meilleure solution. Le pire pour nous serait qu’une personne se force à participer ou se sente obligée de participer (homme ou femme)

Même au sein d’un couple la plupart des demandes de gang bang
viennent-elles d’hommes ou de femmes ?
Je n’ai pas fait d’études sur ce sujet, je ne peux vous donner une réponse correcte, sorry 🙂

T’est-il arrivé lors d’un gang bang de t’apercevoir que Madame n’était pas à sa place et qu’elle acceptait cette pratique seulement pour faire plaisir à son mari ? ou l’inverse…
si oui quelle a été ta réaction ?
Oui cela est arrivé. Nous arrêtons tout immédiatement.
Cela nous est arrivé moins de 10 fois

J’imagine que tu as beaucoup de propositions d’hommes qui voudraient participer aux gangbang,
dont certains qui ne verraient qu’une belle occasion de profiter des femmes et de « tirer un coup ».
Quels sont tes critères de sélections pour les ganbageurs ?
Mes critères de sélection se calent sur les critères de sélection des femmes et couples
qui nous demandent de leur organiser. Ce sont les femmes et couples qui décident
1/ du nombre d’hommes
2/ de leur style (âge, couleur, tempérament)
3/ de la date et l’heure
Une fois que l’on a compris le concept de « sur-mesure », généralement on a tout compris

Quels sont tes tabous ? ce qu’on ne pourrait pas te demander ?
Tout ce qui est illégal (pas de mineurs, pas de personnes non consentantes, pas de drogues, pas de prostitution, pas de zoophilie etc). Nous n’organisons pas non plus d’événements sans préservatif.
Nous ne portons aucun jugement sur la sexualité des uns ou des autres mais à l’heure actuelle,
nous ne pouvons apporter aucune garantie quand à la sérologie des partenaires que nous mettons
en relation. Je suis responsable de tout ce qui pourrait se dérouler chez moi. Cf cet article également :
Petit éclaircissement concernant les rapports sans préservatif

Au début lorsque j’organisais une soirée j’avais toujours une petite crainte d’avoir dans le casting des personnes qui ne peuvent pas se supporter et qui plomberaient la soirée,
par exemple des ex qui ne sont plus en très bon terme, j’essayais d’y faire attention mais je me suis vite rendu compte que c’était ingérable, t’es-tu posé ce type de questions ?
Oui, on n’y peut rien. Je milite depuis 2 ans pour faire comprendre que la réussite
d’une soirée libertine dépend essentiellement des participants à cette même soirée.
Si les gens viennent en retard, viennent pour les mauvaises raisons, viennent avec un « passif », n’ont pas franchement envie de s’amuser etc, nous ne pourrons être considérés que comme victime de ces aléas. Je n’ai pas eu à vrai dire de désagréments en ce sens dans mes événements

Dans toutes les soirées que tu as organisées, t’est-il arrivé d’avoir à gérer un homme agressif qui était rejeté par toutes les femmes ? ou une femme ou un homme qui faisait une crise de jalousie ?
Pas eu de violence mais des crises de jalousie Oui, on les renvoie immédiatement chez eux, poliment et fermement. Je blackliste assez facilement. Je suis même assez impitoyable et une personne blacklistée chez moi n’a quasiment aucune chance de pouvoir y remettre les pieds. Pour l’anecdote, j’ai blacklisté plus de couples et femmes que d’hommes. Les mdf, les lourds, les non respectueux ne sont pas toujours ceux que l’on croit

Dans ce qu’on t’a demandé de réaliser quel est ton plus beau souvenir ?
Une femme en rémission d’un cancer disons assez intime. Elle était mal dans sa peau, elle ne se sentait plus « femme », son mari ne la touchait plus. Elle est venue chez nous, de loin, elle n’a pas jouit mais a fondu en larmes en voyant des hommes bander de nouveau pour elle. Je pourrai multiplier les exemples à l’infini.

Et quel est ton plus gros échec si tu en as eu un ?
La liste est longue comme le bras. J’ai toujours et encore des échecs. C’est ce qui me permet d’apprendre encore plus te d’avancer. Aucun organisateur ne peut se targuer de réussir tous ces événements ; j’ai eu des échecs de toutes sortes, des soirées annulées à la dernière minute, des lieux loués et dont le propriétaire n’est pas venu nous ouvrir, des couples qui ne viennent pas, moi dans un mauvais jour où j’ai organisé comme une merde.

Quelle est ta plus grande crainte lorsque tu organises une soirée ou un gang bang ?
J’ai une santé très fragile, je suis épileptique. Ma plus grande crainte est d’avoir une crise en plein événement. Peur également que cela se déroule mal, qu’un préservatif craque etc

A ton avis pourquoi y a-t-il des soirées 100% femmes et jamais de soirées 100% hommes ?
pourtant il y a beaucoup d’hommes bi chez les libertins.
Mais il y en a plein dans le milieu gay !!! 🙂

Tu fais très peu de com, comment expliques-tu ton succès ?
J’aime sincèrement les gens. Ils le ressentent et en parlent autour d’eux.
J’essaie d’aider tous les autres organisateurs quand ils le veulent bien.
Le milieu est petit également.

Aux débutants ou amateurs qui organisent des soirées quels conseils
pourrais-tu leur donner ?
Déclarez votre activité !!!! On souffre énormément de ce côté « caché, au black, en loucedé comme si c’était mal ou sale

Question plus personnelle et tu n’es pas obligé de répondre, si l’une de tes proches,
ta chérie,  sœur ou amie d’enfance non libertine t’avouais que le gang bang la fait fantasmer et te demandait de lui en organiser un… le ferais tu ?
Mon ex femme me l’a demandé, je n’ai pu dire oui. J’ignore si c’était pour bien m’emmerder ou si c’était sincère. Mais j’ai déjà organisé pour 2 de mes voisines :).

Pour finir quel serait ton fantasme ?
Que ma femme m’aime encore et toujours jusqu’à la fin de la vie.

….

Si vous êtes intéressez par l’organisation d’un événement n’hésitez pas à le contactez

gangbanghard