Tobiteor not tobiteLorsque l’on s’inscrit sur un site libertin, pour espérer faire quelques rencontres, il faut soigner son profil.

Un texte d’abord… puis le choix des photos…
Pour une femme c’est assez facile de jouer avec l’image, des jambes gainées de bas, quelques dentelles, un joli décolleté, une belle photo nue…
Elles ont le choix

Par contre pour un homme à moins d’avoir un photographe pro qui sache mettre un corps masculin en valeur, qu’il soit nu ou en sous-vêtement c’est plus compliqué de rendre le sexe d’un homme glamour…

Beaucoup d’hommes prennent le parti d’afficher leur sexe en gros plan…
Parfois sur le site lorsqu’on regarde les visites que l’on a eues, les photos de queues se suivent et se ressemblent… ce n’est pas très excitant… voire pas du tout…

Beaucoup de femmes et de couples indiquent dans leur texte qu’ils détestent ça

Personnellement le profil d’un homme qui a pour photo principale “sa bite“ je ne vais pas plus loin. Je ne suis pas friande de ces photos, et de ce type de profil qui annonce clairement la couleur.

Mais j’ai découvert récemment que parfois ça a son utilité

Outre certains pénis qui sont très laids et ne donnent vraiment pas envie de goûter…
il y a aussi ceux dont la taille dépasse la norme des très biens membrés…

Il y a quelques jours je suis tombée sur un profil ou l’homme avait un pénis dont la taille dépasse l’entendement, je me suis imaginée rencontrer cet homme et découvrir ce membre…

OUPS !… je suis persuadée que très gênée je me serais enfuie…
J’aurais certainement paniqué et “pas niqué”
( jeu de mot facile que je n’ai pas pu m’empêcher de faire, pardon 🙂 )

Donc finalement pouvoir voir votre sexe n’est pas si désagréable que ça…
Par contre messieurs, évitez de le mettre en photo de profil, le message passe mal. Préférez un album privé que vous ouvrirez à la demande de votre interlocutrice en l’ayant préalablement prévenue.

Ayez à l’esprit qu’afficher votre sexe est à double tranchant même avec un bon feeling parfois certaines photos provoquent un phénomène de rejet…

Faites-en sorte qu’elles soient flatteuses pour votre gentil “petit membre”

Et pour ceux qui affichent leur anus (homme ou femme) …
Je n’ai pas encore trouvé l’utilité de telles photos…

tobiteornottobite-3

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2017 – Journal d’une bourgeoise délurée

Cage

 

Pour nos soirées BDSMent animales, il nous fallait une cage,
pour la première soirée nous avons cherché sans trouver, ou alors à des prix bien au-dessus de notre budget, il y avait la possibilité d’acheter une cage de chien, mais les grandes cages sont assez chères et ne nous laissaient pas la possibilité de jouer

J’ai réfléchi, errer dans les magasins de bricolage et je me suis lancé.
Pour la cage que j’ai fabriquée j’ai misé sur un maximum de recup
J’avais déjà beaucoup d’éléments dans mon garage
(équerres, plinthe, plancher, vis, clou, etc…)

J’ai tout de même regarder les prix de chaque élément
pour ceux qui voudraient se lancer, j’ai choisi de l’acier noir un peu plus cher
que l’acier brut, mais plus esthétique.

Une cage complète sans aucun élément de récupération revient à environ 200 €,
selon ce que vous choisirez, il faut compter environ une semaine de travail

Matériel 
2 poteaux carrés en bois format L.240 x l.9 x P.9 cm (leroy merlin 11,40 € l’unité)
2 tasseaux en sapin brut, 38 x 38 mm, L.2.4 m  (leroy merlin 5,65 € l’unité)
23 barres rondes en acier plein brut, L.1 m x Diam.8 mm leroy merlin (2.49 € / Unité)
1 palette pleine de 110×110 (récup)
4 roulettes pivotantes (bricoman 3,85€ l’unité)
Plinthes sapin brut (castorama 23,45 € le lot de 10)
12 Equerres de chaise en acier Noir l.14 x H.40 x P.40 mm (castorama 2,60 € le lot de 4)
4 Equerres d’assemblage 300 x 300 mm en acier noir (castorama 6 €)
4 Charnières de caisse noir 30 x 130 mm (castorama 3,45 €)
2 planches de 45×50 pour les portes à la découpe environ 12 €
1 planche de 1,10×1,10 m ou reste de plancher (castorama à la decoupe 15 €)
1 pot de Peinture multi-supports Noir mat 500 ml (castorama 12, 95 €) : 12,95 €
1 Gâche D16 noire (Bricoman 0,54 €) : 0,54 €)
1 Verrou pistolet 16 noire (Bricoman 3,40 €) : 3,40 €)
Différents clous et vis (Bricoman le petit sachet est à 4,05 €, j’ai pris des vis noires de 2 tailles différentes)

1 perceuse avec foret bois de 8 mm (si possible une perceuse colonne)
1 scie à bois
1 niveau à bulle

Côté de la cage 
1/ on coupe chaque poteau en deux, pour en faire 4 de 1,20
2/ en partant de la base on perce tous les 20 cm 4 poteaux sur une face avec un foret de 8mm (le premier trou est à 20 cm du sol)
3/ Sur 2 des poteaux en partant de 10 cm de la base on perce tous les 20 cm 4 poteaux sur une face avec un foret de 8mm (le premier trou est à 10 cm du sol), attention il faut inverser les faces, par rapport à la 1ere face percée., pour un poteau
4/ Sur les 2 autres poteaux on perce à 70 et 90 cm sur chaque face de la cage les trous sont décalés de 10 cm pour éviter que les barres se gênent
5/ Sous chaque poteau on fixe les équerres d’assemblage, en fonction de leur placement sur la palette

Pour les trous il faut percer droit, je n’avais pas de perceuse colonne, j’ai donc fabriqué un guide avec 2 bouts de tasseau que j’ai fixé pour avoir un angle parfait à 90°, je me suis appuyé sur cet angle pour percer droit

Plafond de la cage
6/ On découpe les tasseaux en sapin brut, pour en faire 4 de 90 cm
7/ sur 2 tasseaux on perce un premier trou central de 8 mm, puis 2 autres de chaque côté tous les 15 cm

Sol de la cage
8/ Sous la palette on fixe les 4 roulettes pivotantes
9/ Sur le dessus de la palette, soit vous poser du plancher s’il vous en reste, sinon vous collez la planche que vous aurez fait découper
10/ Pour cacher les bords de la palette, vous fixez tout autour des plinthes à l’aide de clou que vous aurez découpé aux dimensions nécessaires
11/ Peignez le plancher et les plinthes
12/ à chaque angle fixez une équerre de chaise, ça évitera aux plinthes de se déclouer si quelqu’un tirait la cage en attrapant les plinthes

Montage de la cage
13/ Commencez par encastrer les barres dans 2 poteaux, fixez ces 2 poteaux sur le sol en y vissant les équerres d’assemblage, vous aurez monté un premier côté
14/ Encastrez dans les trous latéraux les barres, placez un 3ème poteau, à deux c’est plus facile, il faut encastrer les barres en même temps que le placement du poteau, une fois que les barres sont bien en place, vissent les équerres d’assemblage.
15/ Continuez de la même façon avec le reste des poteaux et des barres d’acier
16/ Sur l’arrière et l’avant de la cage, fixez les tasseaux non percés à l’aide d’équerres de chaise.
17/ Encastrez les barres en acier dans les 2 tasseaux restants
18/ Une fois que les barres sont fixées, vissez les tasseaux dans les poteaux avec les équerres de chaises

Votre cage est montée il ne reste plus qu’à fixer les portes

19/ Fixez les 4 charnières de caisses sur les 2 planches de 45×50
que vous aurez préalablement peintes
20/ Mettez en place vos 2 portes à minimum 2 cm du plancher, dans l’alignement des poteaux avant, vissez les charnières
21/ Vissez le verrou que vous aurez choisi, vous pouvez aussi mettre simplement 2 anneaux pour y faire passez une chaine

Vous pouvez fixer sur les poteaux des anneaux pour passer des chaines et des crochets pour ranger cravaches et martinets

Bon bricolage,

CAGE-ambiance

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2017 – Journal d’une bourgeoise délurée

MerciEva

 

J’ai toujours eu quelques difficultés à trouver ma place
dans le monde libertin
On a un peu tendance à vouloir vous mettre dans des cases…
Echangistes, mélangistes, adepte de jeux D/s, etc…

Je ne suis pas une libertine au sens traditionnel du terme,
j’ai besoin de plus… de sensations plus fortes…

Je suis depuis longtemps attirée par le monde du BDSM,
d’abord par son esthétisme…
Puis par la créativité que cela pouvait m’apporter,
que cela soit par la photo, la vidéo,
et maintenant l’écriture et l’organisation de soirée …

Il m’a été difficile de franchir les premiers pas de ce monde

D’abord par mes inquiétudes, je me posais beaucoup de questions
et peu acceptait d’y répondre, certains étaient même agressifs.

Mais je suis une coriace, quand j’ai une idée en tête je n’abandonne pas

Ensuite il y a eu ceux qui me disaient que je n’avais rien à faire dans ce monde
puisque je n’étais ni soumise, ni domina

Puis j’ai rencontré des personnes ouvertes,
qui assument leurs jeux et m’ont accueillie telle que je suis

J’ai eu envie de faire connaitre ce monde que j’aime et qui n’est pas tout à fait le mien

Envie de mélanger des “vanilles“ (je n’aime pas ce terme) qui avaient
une véritable envie de découverte de ce monde

Avec une amie (soumise) nous avons organisé une soirée BDSM.
Une soirée équilibrée entre adeptes de jeux dirigés et libertins
ayant envie de découvertes et de sensations un peu plus fortes.

Nous avons d’abord sélectionné les Maitres qui devaient officier.
5 maitres BDSM expérimentés, nous les connaissions
ils n’ont pas été sélectionné au hasard
Puis nous avons fait très attention au casting,
5 couples 10 femmes et 15 hommes
Pour le profil des autres hommes nous souhaitions qu’ils soient directifs,
mais surtout avec un vrai respect des femmes.
Les profils féminins étaient des femmes avec des envies de soumission
ou aimant simplement être dirigées.

Pas de purs curieux, nous n’en voulions pas

D’une part par respect pour les Maîtres et les soumises présents à cette soirée,
il était hors de question pour nous d’en faire des « bêtes de foire » pour assouvir
la curiosité malsaine de certains…
Et d’autres part, même si vous êtes attiré par ce monde,
il faut être prêt mentalement à y participer ne serait-ce qu’en spectateur

Cette soirée a été une réussite et nous avons eu de très belles surprises

Depuis, j’ai participé à d’autres soirées plus intimes…
Tout en n’y trouvant pas tout à fait ma place…
En électron libre… une femme seule parmi des couples D/s

Dans le BDSM on peut rencontrer des hommes qui ne sont pas des Maitres,
Juste des hommes directifs à qui certains Maitres offrent leur soumise
Mais peu de femmes comme moi qui ne sont ni soumises ni dominas.
Qui n’ont pas envie d’avoir un Maitre mais qui aiment ces jeux

Je n’ai pas de Maitre et je n’en veux pas
Mes besoins de soumissions je les gère moi-même.
Et parfois je suis plus dominante, selon mes inspirations ou mes envies de jeux…

Mais j’ai mes Guides, ils n’attendent rien de moi, il n’y a pas de contrat
entre nous. Certains m’ont fait découvrir les jeux de bougies, d’autres les floggers…
Ils ont chacun leur soumise que je connais et qui sont heureuses
de m’accompagner et de partager ces moments avec moi

Souvent sur facebook je lis des commentaires sur les personnes qui comme moi
s’intéressent au BDSM mais ne sont pas de ce monde
Il y a souvent un rejet de ces personnes, cela fait partie des raisons pour lesquelles
je ne me sens pas toujours légitime… que je n’y ai pas ma place…

Les adeptes du BDSM se moquent souvent des lecteurs de 50 nuances de grey.
Oui c’est vrai Le BDSM est aussi devenu un phénomène de mode,
mais si ce livre a aidé certains et certaines à franchir un cap dont ils avaient envie
depuis longtemps, et bien tant mieux…

Je n’ai pas lu ce livre… je le lirais peut-être un jour juste pour comprendre
pourquoi il est tant critiqué par les adeptes du BDSM

Comme beaucoup j’ai lu histoire d’Ô, mais à l’époque cela ne m’avait pas troublée,
C’était un livre comme un autre… j’étais sans doute trop jeune…

Mon attirance pour le BDSM a commencé par la lecture
d’un texte sur un profil gleeden. J’ai été très troublée en lisant ce texte…

“Dans l’obscurité de la nuit,
vos gémissements percent le silence.
Ligotée, abusée, aux limites de l’inconscient,
votre corps exulte par tous ses sens.
Sous la main qui vous martyrise,
votre croupe ondule et se cambre
en appelant l’indécence d’une caresse intime.
Une autre main se promène sur vos seins nus et vos tétons alanguis se dressent….

Si ces quelques lignes vous font frémir de plaisir, 
Contactez le démon de vos nuits pour connaitre la suite …”

j’ai cherché sur internet et j’ai retrouvé ce texte sur un autre site « BDSM.fr »,
c’est là que j’ai découvert cet acronyme “BDSM” et que j’ai cherché sa signification.

Depuis mon attirance n’a fait que croitre

Mais dans le BDSM je suis un peu comme dans le monde de la photo…

Une simple amatrice…

Et j’essaie de me faire accepter et apprécier telle que je suis, sans aucune prétention

Jusqu’à hier j’avais toujours ce doute de ne pas être à ma place…
Puis je suis allé me coucher et comme d’habitude
j’ai pris le livre que je lis actuellement « Devenir sienne »
j’ai entamé le chapitre XIX…

Je me suis endormie apaisée…
Oui j’y ai ma place, il y a aussi des femmes comme moi qui naviguent
dans ce monde… qui ne sont ni soumises ni dominas…
Des femmes avec simplement une libido particulière…
Des femmes qui aiment aussi parfois porter un collier… juste pour le plaisir…

Adeptes du BDSM… Maîtres et Soumises…

Ne rejetez pas ces personnes qui ont envie de vous découvrir
sans être tout à fait comme vous,
beaucoup sont bienveillantes
Certains et certaines ne feront que frapper à votre porte
D’autres resteront dans le hall d’entrée sans envie d’aller plus loin
Et quelques-unes pourraient vous réserver de belles surprises

Pervers Baisers

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2017 – Journal d’une bourgeoise délurée

 

Quel collectionneur ce libertinUn collectionneur est un être passionné, qui aime les objets qu’il collectionne
Il fera tout pour acquérir ceux qu’il convoite
Une fois qu’il les possédera, il les chérira,
Leur trouvera une place de choix dans un bel écrin ou une vitrine
Parfois il le ressortira, pour l’admirer
Se remémorer combien il a bataillé pour se le procurer…
Combien il a dû attendre pour le posséder…

Les libertins sont-ils des collectionneurs ?

D’une certaine façon oui

Nous sommes tous à notre manière des collectionneurs ou des “objets” de collection


Je suis une collectionneuse

Une collectionneuse de lingerie, mais pas de celle du quotidien
des pièces “confidentielles”, faites de sangles, de cuir ou de métal…
Une collectionneuse de beaux objets érotiques, de sextoys d’acier ou de verre…
Ils sont présentés dans une vitrine, certains simplement posés sur un meuble
d’autres sur la table basse.
je suis fière de les montrer, ils sont exposés comme des œuvres d’art

Et je suis aussi une collectionneuse de rencontres,
de corps, de baisers, de sexes…et j’aime ça

Je ne considère pas les hommes ou les femmes comme des objets
Mais j’aime cette séduction, cette montée du désir que l’on ressent avant une rencontre.
J’en ai besoin.
Je peux désirer un homme que je convoite
comme un philatéliste peut désirer un timbre rare
Je me battrai, userai de ruses et de séduction pour le posséder…
Aux enchères de la séduction, parfois je gagne… parfois je perds…

Tout comme le collectionneur j’ai besoin de nouveauté…
J’aime cette montée d’adrénaline provoquée par la conquête…
Un besoin perpétuel de séduction…

j’aime séduire…
J’aime la conquête…
J’aime la lutte…
J’aime vaincre…

Et j’aime être vaincue…

Souvent les rencontres sont uniques…
Certaines magiques…
Je ne peux pas les mettre dans une vitrine
Alors j’en fais une page de ce journal que j’ai plaisir à relire

D’autres n’ont rien d’exceptionnelles, elles sont parfois ennuyeuses
mais elles m’ont toutes apporté quelque chose
Elles m’ont permis de savoir ce que je voulais ou ne voulais pas
elles m’ont appris à sélectionner.
Elles ne seront pas disposées dans une vitrine, simplement rangées dans une boite
Je les évoquerai rarement, je ne les renie pas, ne les oublie pas
Elles n’ont juste rien de particulier ; elles ne m’ont pas fait vibrer
Elles sont un peu comme un objet dont j’ai eu envie,
et dont je me suis lassée dès que je l’ai eu…

Et plus rarement il y a des premières rencontres
qui en appelle une seconde… puis une troisième…
Une première rencontre qui n’a pas suffi à assouvir ce désir pour “l’objet” tant convoité…
Un objet mystérieux qui n’a pas encore dévoilé tous ses secrets…
Un “objet” pas encore tout à fait à soi …

Un objet qui aura une place particulière… un objet admiré…
Un objet qui risque de faire de vous l’objet du collectionneur…


Je suis aussi un “objet” de collection

Je vais être sincère, tomber sur un collectionneur
sur un “site conventionnel” me déplairait fortement
Difficile de savoir si c’est un collectionneur passionné ou un simple consommateur

Sur un site libertin c’est totalement différent.
C’est un regroupement de collectionneurs…
Ce sont des sites légers fait pour des rencontres légères.
On sait tous pourquoi on y est inscrits.
Le plus souvent nous jouissons d’une rencontre de manière éphémère,
quelques heures, une nuit,
Une unique rencontre, ou plusieurs espacées dans le temps,
Peu importe, il n’y a pas d’attente particulière… aucune promesse de lendemain

Sur un site libertin nous pouvons témoigner de nos rencontres
Certains arborerons des centaines de témoignages, et d’autres refuseront de les afficher
Il les gardent jalousement pour eux

Les témoignages dévoilent beaucoup de choses sur la personne qui le reçoit ou qui l’émet
J’y suis très sensible, lorsque je m’intéresse à un homme, une femme ou un couple
je les lis tous, j’aime le ”mini-récit” de leurs rencontres
J’aime ressentir le respect des collectionneurs qu’ils sont
pour “les objets convoités et possédés”

Un témoignage pour le collectionneur est comme “un certificat de possession”

Je suis parfois flattée de me retrouver au milieu de témoignages
de femmes ou d’hommes que j’admire
Comme un bel objet de collection dans une jolie vitrine

une vitrine seulement composée d’objets rares…

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2017 – Journal d’une bourgeoise délurée