faitesdedouxreves

Points
Ils échangeaient depuis plusieurs mois sur le site sans jamais trouver l’occasion de se rencontrer. Parfois les échanges étaient entrecoupés de longs silences, mais de temps à autre la conversation reprenait. L’un et l’autre rencontraient peu, pas par manque d’envie, mais par manque de temps. Parfois ils échangeaient par sms, s’envoyaient quelques photos…

On était jeudi soir, elle était en vacances, elle trainait sur le site répondant
à un ou deux messages, s’agaçant du manque d’originalité et de la lourdeur
de la plupart des hommes… Il venait de se connecter au moment
où elle allait quitter le site, elle lui envoya un message en chat

“Elle : Bonsoir, comment allez vous depuis notre dernier échange ?
Lui : je viens de rentrer du bureau, je suis épuisé
Elle : Bien, vous êtes dans l’état que j’espérais pour notre 1ere rencontre
Lui : Vous avez de l’humour, je suis trop épuisé pour sortir ce soir
Elle : Mais je ne vous demande pas de sortir… Prenez un bain… buvez un verre…
détendez vous… Laissez votre porte ouverte et allongez vous nu sur votre lit…”

Malgré sa fatigue, il la prit au mot, lui donna son adresse.

Elle avait environ 2 heures devant elle.
Elle se doucha, se maquilla, finit de s’habiller,
puis elle prit son imper et commanda un Uber.

Le chauffeur la déposa à l’adresse indiquée.
Il a entendu la porte claquer, le bruit de ses talons se rapprocher …
son cœur battait… une chaleur commença à l’envahir…
Elle entre… se dirige vers votre chambre…
Elle ôte son imperméable… Il voit qu’elle ne porte rien d’autre que son string,
une guêpière et des bas… Il est déjà en érection…
Elle lui demande de ne pas bouger, de ne pas la toucher, de se laisser faire, ne pas parler… Juste la regarder…
Elle commence à l’embrasser, le caresser, elle descend tout doucement vers son cou…
Lèche sa poitrine… ses tétons… son ventre…. son bas ventre… tout en descendant
vers ses hanches, vers l’aine en la contournant pour aller embrasser l’intérieur
de sa cuisse puis elle descend lécher l’arrière de son genou… lécher son mollet…
sa cheville puis passe à l’autre cheville, elle remonte le long de son autre jambe
jusqu’à l’intérieur de sa cuisse avec sa langue et ses mains..
Elle se rapproche doucement de sa queue durcie, elle la lèche de bas en haut
et redescend pour lécher l’espace juste sous ses testicules tout en continuant
a branler son pénis avec ses mains, elle fait rouler chacune d’elle dans sa bouche,
une à une… pour retourner ensuite suçoter son gland…
Il sent son sexe se frotter contre sa cuisse… il est humide… ses lèvres sont gonflées…
Il voudrait pouvoir glisser sa main entre ses cuisses, mais à chaque tentative
elle le repousse doucement…

Il jouit… elle entend ses râles… son sperme coule le long de son menton…

Elle remet son imperméable… lui envoie un baiser du bout de mes lèvres…

“En rentrant je me caresserais en pensant à vous… Faites de doux rêves…”
Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2016 – Journal d’une bourgeoise délurée

Fantasme-titrePoints
Nous avons tous une définition différente du fantasme. Si nous posons la question autour de nous, la plupart des personnes évoqueront des situations habituelles pour les libertins… Un homme aura envie de faire l’amour avec 2 femmes, une femme avec une autre femme, une autre aimerait que son mari lui administre une fessée, d’autres aimeraient faire l’amour dans un lieu public…

Des pratiques qui ne sont pas inconnues des libertins… certains s’y adonnent, d’autres en ont de plus poussées, que les « conventionnels » n’imaginent même pas…

Elle a une définition bien particulière du fantasme…
Évidemment elle n’a pas tout pratiqué et certaines situations l’attirent, mais elles sont faciles à mettre en oeuvre, il lui suffit de trouver les bons partenaires. Pour elle un fantasme est une situation imaginée, qu’elle ne pourrait pas réaliser, soit parce que l’occasion ne se présentera jamais, soit parce qu’elle n’osera pas, elle ne pourra vivre ce moment que par son esprit…

Elle en a un qui la taraude depuis longtemps…
Un fantasme initié par une relation virtuelle, un homme qu’elle n’a jamais pu rencontrer, mais qui lui a permis d’assumer ce qu’elle est, qui l’a révélée, libérée du poids de son éducation. Elle aurait aimé pouvoir le réaliser avec lui. Elle se sentait assez en confiance pour oser… Le premier homme à qui elle a eu envie de s’abandonner…

Mais parfois il y a des rencontres qui ne doivent pas se faire…

Le vendeur de chaussure

Ils se promenaient dans Paris… journée shopping.
Elle voulait des chaussures… Ils en étaient au septième magasin, sans jamais être entré dans aucun d’eux. Elle avait une idée derrière la tête, elle lui avait déroulé son scénario.
Il avait aimé l’idée, mais n’était pas certain qu’elle soit capable d’aller au bout…
Ce n’est pas les paires d’escarpins qu’elle regardait, mais les employés.
Elle cherchait un vendeur, un vendeur susceptible de rentrer dans le jeu qu’elle avait imaginé, un vendeur qui lui plairait assez… Elle cherchait une victime…
Au huitième magasin, il était la, jeune, facile à séduire…
Ils sont entrés dans la boutique, lui ont fait sortir plusieurs paires de chaussures.
Elle portait une robe portefeuille avec laquelle elle pouvait facilement jouer… Elle a joué…
Croisant et décroisant les jambes… Lui laissant voir qu’elle ne portait rien sous sa robe…
Lui laissant découvrir son sexe épilé… Se penchant habillement pour dévoiler ses seins…
Il était prêt… Son trouble se ressentait, ses mains tremblaient lorsqu’il lui faisait essayer les chaussures. Elle a regardé son amant, il a compris. Il a prétexté qu’elle était trop longue, qu’il allait fumer une cigarette en l’attendant. Elle a souri au vendeur, lui a fait comprendre qu’elle serait seule ce soir, lui a glissé un papier dans la main

“Hôtel Amour 20 h chambre 42”

Allait-il venir ? Avait-elle su le séduire ?  Ils sont rentrés à l’hôtel, elle s’est préparée…Bain, parfum, dessous chics, peignoir de satin… Son amant est sorti, s’est installé dans
le café en face de l’hôtel. Il a choisi une table ou il pouvait voir l’entrée ,
il le verrait arriver. Il n’eut pas longtemps à patienter, il reconnut le vendeur
de chaussures au bout de la rue, il le sentait fébrile, hésitant…
Le jeune homme entra timidement dans le hall de l’hôtel…

Son amant l’appela pour la prévenir…
Un coup discret à la porte…
Elle ouvre, laissant entrevoir son corps…
Elle a pris doucement le bras du jeune homme pour l’inviter à entrer dans la chambre…
Elle l’a mis à l’aise, l’a embrassé… Un baiser fougueux…
Il avait l’empressement de sa jeunesse, elle l’a ralenti,
lui a offert un verre de champagne…
Faire durer le plaisir… Faire monter l’excitation…
Ils ont commencé à se caresser…
Elle avait glissé le téléphone sous le lit… son amant pouvait les entendre.
Il saurait à quel moment se joindre au couple…
Il saurait quand rentrer dans cette chambre…
quand les rejoindre sur le lit pour lui intimer ses ordres…
saisir les cheveux de sa maitresse brusquement… entrainer sa tête en arrière…
lui jeter un regard fier… un regard approbateur… un regard complice…
Quand lui proférer les insultes qu’elles aiment tant… ces mots qui l’excitent…
Lui seul peut la traiter de garce et de salope sans qu’elle ait envie de le gifler…
Il sait le faire sans l’humilier… Elle les entend comme des mots d’amour…
Il est si facile de dire à une femme “ma chérie” ou “ma douce”,
n’importe quelle femme aime entendre ces mots…
Comment allait réagir le vendeur…
Allait-il rester … Allait-il s’offusquer… Allait-il fuir…
Quelle que soit sa décision, leur excitation était forte…
Leur nuit sera perverse… à deux… ou à trois

Osera-t-elle un jour entrer dans une boutique
pour rapporter autre chose qu’une paire de chaussures…

 …

Lord Byron… ma passion virtuelle…
Il y a des rencontres qui parfois ne doivent pas se faire
Mais vous m’avez révélée…je vous dois ma liberté…

Baisers très osés… et plus encore…

 

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2016 – Journal d’une bourgeoise délurée

UnApresMidiDocile

Points
Depuis quelques temps elle s’ennuyait, sur le site elle avait fait le tour des profils intéressants. Certains n’avaient pas donné suite à ses avances, d’autres étaient trop occupés par leur vie verticale. Elle avait envie de nouveauté, d’excitation, qu’un profil fasse vibrer son imaginaire, réveille sa libido…

Un homme avait attiré son attention, mais elle avait très vite mis un terme
à ce 1er contact. Leurs premiers échanges n’avaient été qu’une lutte de mots,
il était assez moqueur et elle avait du répondant. Elle le trouvait prétentieux,
insolent, arrogant, méprisant, et beaucoup trop directif…
Elle ne lâcherait pas prise avec un tel homme…

Pourtant elle était attirée par ce personnage, elle revenait parfois sur sa fiche…
Certaines photos la troublaient, il y avait une perversion raffinée chez cet homme
qui l’interpellait. Il ne se présentait pas comme un “Maitre” mais comme un homme
dominant, directif… Tout ce qu’elle aimait…

Elle cherchait une occasion pour lui entrouvrir de nouveau sa porte.
Elle put le faire en lui laissant un message sur sa nouvelle photo de profil,
une photo d’Asuko Kudo une marque de vêtement en latex assez confidentielle,
elle ne pouvait pas y être insensible… Cet homme était sensible à l’esthétisme,
tout comme elle, il aimait les mêmes choses qu’elle.
Il serait attentif à ce qu’elle porterait le jour de leur rencontre.
Pour susciter de nouveau son intérêt elle avait créé un album avec des photos
qu’il ne pourrait pas manquer de commenter, des visuels issus de certaines marques
très particulières. Pour la plupart des hommes un porte-jarretelle reste
un porte-jarretelle… Ils enlèvent très vite ses dessous. Elle, elle aime les garder,
ils font partie du jeu de séduction, de même que les chaussures qu’elle peut porter…

Son stratagème avait fonctionné, leurs échanges reprirent. Elle lui a avoué qu’elle avait très envie de le rencontrer malgré son côté trop directif. Cet aveu lui donnait un avantage sur elle, il pouvait l’emmener à lui faire accepter ce qu’il voulait d’elle…
L’affrontement repris

« Lui : Offrez moi un après-midi docile.
Elle : Vous serez docile… j’adore l’idée…
Lui : Vous savez bien que mon inclinaison première n’est pas celle-là.
Elle : Très cher… je l’ai bien compris… Si vous attendez de la docilité de ma part vous ne pourrez qu’être déçu… J’aime le combat… Un toréador quand il rentre dans l’arène n’attend pas du taureau qu’il soit docile… Saurez vous toréer… »

Ils avaient échangé l’un est l’autre quelques clés de leur personnalité.
Quelques jours plus tard, elle lui envoya ce message, elle avait envie d’adrénaline…
Envie d’inviter cet homme qu’elle ne connaissait pas qui l’attirait fortement,
cet homme dont elle ne connaissait même pas le timbre de voix…

« J’ai envie de jouer…
Votre côté dominant m’excite…
Pas de resto… pas de café gourmand…
Je vous donne mon adresse Je mets un ruban sur ma porte…
Vous entrez… Je suis assise sur un fauteuil du salon…je vous attends…
Sur la table une bouteille de champagne… 2 coupes… un foulard…
Vous ouvrez la bouteille… nous prenons un verre…
Nous nous regardons… nous fixons… Pas un mot échangé…
Vous prenez le foulard sur la table… me bandez les yeux…
Ne rien voir exacerbera mes sens…
Les accessoires seront dans un meuble derrière le fauteuil à votre disposition…
Aire de jeux… n’importe quelle pièce de l’appartement…
salon, chambre, cuisine…
Je m’en remets « totalement » à vous…
Mais je serais docile si j’en ai envie…
je lutterais si j’en ai envie…
Seules conditions… pas de fessée… pas de torsion des seins… et pas d’humiliation…
En résumé pas de D/s…
Juste un homme dominant et une femme qui a envie de lâcher prise… »

Vous jouez ?

Il a accepté

« Je joue déjà dans ma tête, sachez le.
Pour la fessée je crois que j’avais bien compris ( smile ) ,
Pas de censure sur les jouets, soyez grande belle effrontée.

Je joue. »

Les semaines précédentes avaient été épuisantes professionnellement,
elle avait besoin de souffler, besoin de folies, elle souhaitait un après-midi
ou se mêlent subtile perversion et abandon total…
Au fil des messages, il lui avait donné ses directives…chaussures, lingerie,
il la souhaitait pluggé. Puis il lui a demandé de prévoir une bassine…
Elle n’a pas vraiment été surprise, certaines photos de son profil assez évocatrices
l’avaient préparée… Il voulait qu’elle se soulage devant lui…

Notre corps nous fait découvrir d’étranges sensations
auxquelles nous ne sommes pas préparés…
On en rejette certaines, et d’autres éveillent notre curiosité…
Des sensations qui peuvent aller à l’encontre de nos valeurs, de notre éducation…
Il faut parfois du temps pour les assumer…
Le hasard des rencontres fait que certaines de ces sensations que l’on a mises
de côté ressurgissent dans notre mémoire et que nous les percevons autrement,
nous nous mettons à imaginer ce que nous pourrions en faire…
Pour avoir plusieurs fois eu une furieuse envie de se soulager sans trouver de lieu adéquat,
et ressentir un certain plaisir jouissif, lorsque enfin elle pouvait le faire,
elle imaginait ce que cela pourrait être de se retenir après quelques coupes,
pour ressentir ce plaisir tout en s’exhibant…

Elle avait envie de le faire…

Envie de lui offrir cette première fois.
Mais elle ne voulait pas d’une vulgaire bassine en plastique,
elle voulait esthétiser ce moment, le rendre beau…
Elle l’a fantasmé, l’a préparé, choisi de beaux vases…
Cette verrerie était là pour son plaisir… Pour leur plaisir…
Pour rendre glamour ce qui est naturellement “sale”…
Pour faire couler son “jus blond” tel le champagne sur les parois d’une coupe…

Il lui avait demandé d’entamer la bouteille de champagne avant son arrivée,
il la voulait déjà “hydratée”, il voulait qu’elle retienne son envie de se soulager pour lui…
Elle ne savait pas si elle y arriverait…
Ce lundi après-midi pouvait être une rencontre unique,
ou une première étape d’un voyage vers l’inconnu…
Peu importe que ce voyage soit court ou long…
L’essentiel est qu’il soit plein d’envies et de plaisirs.
Mais quoi qu’il en soit, ce ne serait pas une rencontre banale…

Il l’a mise en confiance, ne lui a mis aucune pression…
Lorsqu‘elle a enfin lâché prise, elle a ressenti comme un pouvoir sur lui,
elle a scruté son regard, elle lisait son émotion dans ses yeux…
Beaucoup n’y verrait que l’avilissement d’une femme,
d’une femme qui obéissait au désir incongru d’un homme…
C’était tout le contraire, elle se sentait forte… C’est elle qui le dominait…
La partie s’est entamée en début d’après midi pour se terminer en fin de soirée…
Il devait rentrer… était-il marié…

Elle a adoré cette rencontre, elle avait très envie de le revoir…
Mais elle a voulu jouer avec l’inconnu, accueillir un homme dont-elle ne savait rien…
Ni nom, ni numéro de téléphone… Quelques jours plus tard, Il a supprimé sa fiche…
Elle n’avait plus aucun moyen de le recontacter…
Elle a joué… Elle a perdu…
Mais il restera une de ses plus belles rencontres.

Pour P. un homme que j’aurais tant aimé connaitre un peu plus…
J’ai “sur-adoré” ce lundi après-midi…
Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2016 – Journal d’une bourgeoise délurée

T-Girl

Points

Sa découverte du monde libertin, a commencé par une recherche
tout à fait conventionnelle. Un homme.
Puis au fil de ses rencontres et de ses échanges elle s’ouvrait à d’autres rencontres…
D’abord les couples, puis les femmes, parfois des soirées, mais elle préférait nettement
les petits comités ou il y avait une véritable sensation de partage…

Depuis peu elle regardait les fiches « du 3ème type »… Ne rejetai plus les hommes
qui les fréquentaient, elle avait une image très bourgeoise de l’homme,
d’un homme viril, dominant, directif… Un tel homme ne pouvait ni être homo,
ni bi, et encore moins fréquenter des transsexuels ou des travestis,
non pas qu’elle le considérait comme un pervers ou un dépravé,
mais juste que ce n’était pas son idéal masculin… En an son esprit s’était ouvert…
Elle s’était rendu compte que son image de l’homme était fausse…
Elle avait eu une longue relation avec un homme tel qu’elle se l’imaginait…
Jusqu’au jour ou dans une soirée elle s’est aperçu qu’il laissait un des ses congénères
lui administrer une fellation, ça ne l’a pas excité, mais pas choqué non plus.
Son image virile n’en a pas été écornée. Cela n’a rien changé à leur relation.
Plusieurs mois se sont écoulés depuis, elle continuait à regarder les fiches
mais sans jamais qu’aucune d’entre elles suscite un désir…
fasse fonctionner son cerveau… son imaginaire…
Puis une de ses rencontres a exacerbé cette envie… Un homme qui les aiment… réellement… passionnément…
Pour ce qu’elles sont, pour leur combat, qui admire leur courage d’assumer…
Il a changé sa vision, elle ne sait toujours pas si elle doit dire “il” ou “elle”,
mais peu importe, l’essentiel est de les reconnaître de les accepter et de les découvrir,
pour un verre, une discussion ou plus si affinité… Elle s’est mise à chercher,
à envoyer des mails, elle avait envie de cette rencontre, elle avait envie de la partager
avec lui… son premier transsexuel…

Un diner, tous les trois, lui l’image de l’homme viril, elle très masculine
mais en gardant sa féminité, et ELLE, la T-girl, une femme dans toute sa splendeur…
Une femme sur laquelle tous les hommes se retournent, sans se douter de rien…

Elle désirait cette femme avec ce sexe d’homme, elle désirait ce partage avec son amant…
Ce partage dans cette chambre d’hôtel… La déshabiller… l’embrasser…
caresser ses seins… sa peau douce si féminine… caresser ses jambes à travers ses bas…
remonter doucement … pour enfin frôler ce sexe, ce sexe lisse et dur… le déguster à deux
avec gourmandise… sentir la langue de son amant, sa bouche… engloutir ce sexe chacun
leur tour… croiser son regard dans une complicité totale…

Puis être prise… Prise par cette femme avec un pénis…
Pouvoir caresser ses seins, ses fesses pendant qu’elle la pénétrait.
Sentir son amant… sur elle… ou sur ELLE…
Pour L.
Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2016 – Journal d’une bourgeoise délurée

sesdeuxamants
Points
Cela fait bientôt un an qu’elle est inscrite sur ce site libertin…
Elle y a rencontré un homme, celui dont elle parle dans « ELLE »… celui qu’elle attendait…
son artiste, son guide, son mentor, son pygmalion…
Seule, elle a fait quelques rencontres sans intérêt, sans envie de revoir ces hommes… Quelques mois plus tard, elle a fait une autre rencontre… Un autre homme…
Le pas était difficile à franchir, ils sont amis… Elle avait peur de cette nouvelle liaison,
Peur de perdre son mentor, et de briser leur amitié masculine.
Par respect pour lui, elle avait besoin de son autorisation… Ils en ont parlé…
Lui n’y voyait pas de problème, au contraire ça le rassurait.

Depuis elle avait ses 2 amants…
Ils se rencontraient souvent mais ne parlaient jamais d’elles…
Elle, elle vivait une relation forte avec chacun d’eux…
Elle était un lien supplémentaire entre eux… Mais elle n’était qu’un lien…
Elle ne voulait plus être un lien… Elle voulait plus que ça…
La complicité et l’osmose qu’ils partageaient à deux… elle et lui… Lui et Lui…
Elle avait envie de la partager à trois Elle et Eux…

On était en juin
C’était son anniversaire, elle voulait leur faire ce cadeau, se faire ce cadeau.
Elle a réservé la suite Barbizon. Les a invités … sans leur dire qu’ils ne seraient pas seuls
Ils sont arrivés… se sont croisés sur le parking… Ils ont échangé un regard…
Ils n’étaient pas étonnés… Ils savaient que c’était dans l’ordre des choses…
Ils avaient tous les deux cette envie depuis longtemps…
cette envie d’aller au bout du partage… sans qu’aucun des deux n’ait osé en parler …

Ils allaient faire d’elle la reine de cette soirée…

Elle entendait leurs pas dans le hall de l’hôtel, son cœur battait de plus en plus fort…
Elle commençait à douter, ne risquait-elle pas de les perdre tous les deux en ayant voulu
les réunir… Elle avait laissé la porte entrouverte, s’était postée devant la fenêtre,
leur tournant le dos… Pour ne pas les voir entrer, ne pas voir leurs regards…
Ses sentiments étaient confus, mêlés d’excitation et de honte… de désir et d’angoisse…
Ils sont entrés, elle a fermé les yeux… Des bouffées de chaleur l’envahissaient,
son ventre la brulait, ses mains tremblaient, ses jambes se dérobaient.
Ils se sont approchés, ils étaient derrière elle.
Elle a senti leurs mains autour de sa taille, leurs souffles dans son cou,
leurs lèvres la parcourir… L’un d’eux lui a bandé les yeux,
l’autre a détaché le lien de sa robe portefeuille, elle était presque nue…
Lequel l’a soulevée pour la déposer sur le lit… Elle ne le savait pas, le soupçonnait…
Allait-elle reconnaître les baisers de l’un, les caresses de l’autre…
Leurs mains, leurs bouches la parcourraient…
Elle se laissait faire, savourait ce moment… Son corps était envahi de frissons…
L’un de ses amants s’était glissé derrière elle, avait relevé ses jambes,
les avait plaquées contre sa poitrine, tout en la maintenant…
Elle sentait une main écarter ses cuisses, offrir son intimité à l’autre,
son autre main caressait ses fesses…
Un doigt dessinait ses lèvres, les contournait…
Ce doigt a pénétré doucement son intimité… rejoint par d’autres…
Une langue chaude et humide s’est mise à la fouiller…
Les doigts experts ont glissé vers son autre orifice…
Son clitoris était en feu… son corps tremblait Son bassin ondulait de plaisir…
Elle était outrageusement offerte… Ses cuisses étaient trempées…
Elle sentait leur virilité contre elle… elle les désirait… elle était prête…
Prête à les recevoir…

Une nuit débridée venait de commencer…
C’était sa première fois avec deux hommes…
Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2016 – Journal d’une bourgeoise délurée

LeurPremiereSoireeCouplePoints
Elle avait modifié l’annonce de son profil,
elle voulait vivre sa première expérience échangiste avec un couple
et son amant, elle l’avait écrite en une nuit sur un coup de tête,
Les mots lui sont venus naturellement.
Elle lui avait fait valider le lendemain, il n’avait presque rien changé,
juste corrigé quelques fautes

————————————-
Je veux vivre une soirée inoubliable…
Avec trois complices animés par un désir très fort de me pervertir…
La complicité féminine m’est essentielle…

Cette première expérience je veux la faire accompagnée…
Sur ce site il y a un homme très particulier pour moi… un vrai libertin.
Un homme qui a su révéler des sensations que je ne connaissais pas…
J’ai très envie de l’avoir à mes côtés… d’être guidée… par lui… et par vous…
Pouvoir lire dans son regard… le sentir…
3 complices… une novice…
Le vice… et la vertu… La perversion… et la sagesse…
Une initiation saphique pour une situation unique…
Le diable s’en délectera longtemps …
Des jeux et caresses saphiques… à rendre les archanges lubriques…
Je ne suis pas libertine, juste « une bourgeoise délurée… »
J’ai toujours été quelqu’un de très sage avec mon corps… mon esprit l’est moins…
Je n’ai jamais osé…
Je suis naturellement attirée par les hommes…
Je n’ai jamais eu de vraie relation avec une femme…
Mes « seules émotions féminines » remontent à mon adolescence…
Pourtant je sais que je les désire… J’en rêve parfois le soir en m’endormant…
Ce n’est pas juste un fantasme… c’est un réel désir…
J’ai très envie d’aimer une femme… De la caresser, l’embrasser… Lui donner du plaisir… Faire pointer ses seins… Ouvrir ses cuisses… Poser mes lèvres sur ses lèvres…
Ouvrir les miennes…Sentir ses baisers… ses caresses…
Mais je ne saurai peut être pas… c’est un risque…
A vos plumes exquises …
—————————————————————————–

Quelques semaines plus tard, il savaient trouvé leur couple idéal…
idéal pour elle…
Lui n’avait pas d’idéal, elle avait du mal à comprendre son fonctionnement.
Elle aurait aimé que lui aussi s’emballe pour un couple, qu’il ait très envie que ce soit eux… Qu’ils aient tous les deux le même coup de cœur… Elle avait envie de les séduire, d’être séduite, avec subtilité. Entamer des préliminaires virtuels comme avec certains hommes… pour faire monter le désir…

Lui est plus pragmatique, plus direct…
“ Quels sont vos tabous, fellation, sodomie… Quand vous jouez à touche-pipi, vous préférez avec gants ou sans gants (rire)…”

Comment concilier ces 2 comportements si différents… Elle avait du mal
à se laisser aller avec un couple, elle ne savait pas draguer un couple…
Elle n’osait pas…
Elle avait un sentiment de culpabilité… Elle draguait l’homme d’une femme…
Elle trompait son amant…
Il fallait oublier les principes d’éducation qu’elle avait reçue, se libérer
de ce poids
qui l’avait si longtemps empêché d’avancer…
Ils se sont donné RDV un vendredi soir, dans un restaurant parisien.
Pour être parfaitement détendue elle a pris sa journée, s’est préparée…
Un long bain… suivi d’un massage aux huiles essentielles…
un nuage de Mitsouko…
Puis vint le moment de s’habiller… que mettre…
Ne pas en faire trop… rester simple…
Un ensemble Aubade, des bas jarretières,
une robe noire et des escarpins noirs…
Peu de bijoux… Chic, sobre, sexy…
Efficace ? Pas sur…

Elle a rejoint son amant dans un bar de Paris, pour prendre un premier verre,
se détendre, faire tomber la pression Une heure venait de passer…
Il fallait y aller… les rejoindre…
Ils étaient les premiers, ni l’un ni l’autre ne supportaient d’être en retard…
Elle avait aussi envie de les voir arriver… De voir comment il se comporte
avec son épouse, la façon d’entrer dans un restaurant peut être révélatrice.
A chaque fois que la porte du restaurant s’ouvrait, elle se crispait.
L’attente ne devait pas être trop longue, pour ne pas perdre le bénéfice
du premier verre.
Enfin eux, simples, élégants et raffinés… Ils étaient comme eux…
comme elle les avait espérés… elle était rassurée.
Lui, habitué a tout de suite brisé la glace Le couple était très à l’aise,
elle plus effacée…
Elle avait peur de dire des idioties, de ne pas leur plaire…
Eux lui plaisaient…
“ELLE” lui plaisait… beaucoup… Il s’en est rendu compte, a recentrer
la conversation
sur elle, sur eux, leur rencontre, l’invitant à participer…
Le diner était détendu, très agréable, ils ont beaucoup plaisanté,
beaucoup rient.
Elle avait très envie de poursuivre cette soirée. Elle aurait aimé pouvoir
les inviter à poursuivre chez elle, dans son élément… c’était rassurant…
Mais c’était trop petit…
Trop loin… Il ne fallait pas briser la magie de ce diner par un trajet
trop long…
C’est eux qui les ont invités à prendre un dernier verre chez eux…
L’appartement était comme eux, simple et de bon goût… Une ambiance chaleureuse,
un cadre raffiné sans excès… Un endroit où l’on se sent bien,
où on peut se laisser aller C’était important pour sa première soirée…

Elle a proposé son aide à la cuisine… Elles se sont retrouvées entre femmes…
Ses mains tremblaient… un désir l’envahissait… “ELLE” l’a ressenti, a commencé
par l’effleurer, puis l’a embrassée…
Un baiser très court… un baiser juste pour savoir…
Savoir si ils finiraient leur verre et se quitteraient bons amis…
ou si d’autres baisers suivraient… Elle l’a regardé, lui a sourit… l
ui a rendu son baiser…
Elles sont retournées au salon, il s’est immédiatement rendu compte
de son trouble…
Elle était rougissante, telle une gamine prise les doigts dans le pot
de confiture.
Elle s’est blotti contre lui… il a compris… compris que c’était LA soirée,
celle dont elle avait envie, celle qu’elle avait si souvent fantasmée…
Aucunes des inquiétudes dont ils avaient parlé ne devaient venir gâcher
ce moment.

Il savait comment lui faire lâcher prise…
Elle devait être le centre de leurs attentions… à tous les 3…
Il devait diriger les premiers contacts… Ne pas la brusquer…
la mettre à l’aise… Après quelques verres,
il s’est mis à l’embrasser, la caresser… Le couple les regardait…
Des sentiments contradictoires l’envahissaient,
sa pudeur luttait avec son désir…
Il faisait monter son excitation… d’autres mains ont rejoint les siennes…
puis d’autres baisers… Elle était passive… Le désir était là… brulant…
Elle ne voulait plus être passive… Elle voulait être active.
Elle voulait donner du plaisir à une femme… Elle voulait goûter à cette jouissance féminine que son homme aimait tant… Elle a embrassé cette femme …
S’est mise à la caresser… ses lèvres sont descendues doucement vers son cou…
Elle a léché sa poitrine… fait tournoyer sa langue autour de ses tétons, chacun leur tour… une main caressant l’autre… les pinçant… les mordillant… Puis ses mains ont caressé son ventre…. son bas ventre…
Sa bouche descendait le long de ce corps, ce corps de femme,
elle prenait soin de contourner son sexe… Elle a embrassé l’intérieur
de ses cuisses… léché l’arrière de ses genoux… ses mollets…
ses chevilles… puis est remonté le long de ses jambes jusqu’à l’intérieur
de ses cuisses… son sexe frôlant sa jambe… ses mains actives… sa bouche gourmande… Doucement… lentement… dans le seul but d’exacerber son excitation.
L’excitation de cette femme la troublait… elle sentait couler son propre plaisir le long de ses cuisses. Elle ne sait pas si elle faisait bien…
Elle était juste une femme… instinctive… à l’écoute du corps de l’autre…
Qui mieux qu’une femme sait ce qu’aime une femme…
Sa bouche effleure ce sexe féminin, ses mains glissent sous ses fesses…
Les cuisses de cette femme s’ouvrent… Elle s’offre à elle… humide… trempée…
Sa langue caressent ses lèvres, les contournent, elle pose ses lèvres contre les siennes… Embrasse ce sexe à pleine bouche… Introduit sa langue dans
son vagin…
Ses doigts font ressortir le clitoris… Elle s’est mise à le lécher, le suçoter, l’aspirer…
Elle était nue… impudique… ils l’avaient déshabillée… Sa croupe était offerte…
Son sexe luisant… Elle sentait ses mains… leurs mains…
Ils se contentaient de les caresser… les embrasser… l’une et l’autre…
Tout en lui laissant le contrôle… pour ne pas briser son élan…
Elle était devenue impudique… gourmande…
Son amant l’encourageait… lui parlait… Elle aimait sa voix, elle aimait l’entendre
quand il lui faisait l’amour, quand il la baisait… Il parlait pour elle…
il parlait d’elles…
Les paroles de son mari s’étaient jointes à lui… il savait ce qu’aimait
sa femme…
Ce qu’elle attendait… il la guidait… Dans leur voix elle sentait
leur excitation…
Son corps sentait leurs sexes durcis…elle adorait ça… Son amant la regardait…
Elle soutenait son regard… Elle ressentait son plaisir de la voir ainsi…
Ses doigts lui disaient ce qu’elle devait faire… Elle a inséré ses doigts
dans son vagin… un, puis deux, puis trois… A reproduit ses mouvements…
A fouillé cette femme… comme lui l’a fouillait… Le souffle de cette femme
s’est accéléré… Elle l’a entendu gémir… senti se cambrer…
Elle venait de donner du plaisir à une femme…
C’est ce qu’elle voulait… plus que son plaisir, elle voulait faire jouir une femme…
Comme son amant la faisait jouir…

La soirée s’est poursuivie jusqu’au petit matin… Les deux femmes étaient devenues complices… maitresses… amantes… Elles ont beaucoup joué… séduit… allumé…
Elles étaient déchainées… lubriques… vicieuses… perverses…
Elles voulaient exciter leurs hommes… les faire bander comme jamais…
Ils se sont caressés… embrassés… mélangés… léchés… pénétrés…
Huit mains… 4 bouches… 4 sexes… Dans une osmose parfaite… animés par un même désir… un même plaisir… Parfois regardés… acteurs ou spectateurs…
Un mélange d’exhibition et de voyeurisme…

C’était sa soirée des premières fois…

Au matin ils ont pris un café… ensemble et séparés…
Réservant leur baisers pour « leur légitime » comme 2 couples en vacances
qui se retrouvent au petit déjeuner.
Cette soirée fut magique… ce souvenir devait rester intact…
Ils ne devaient plus « se revoir »… Y arriveront-ils…

A’… Toi qui m’a accompagné dans mes premiers pas…
M’a ralenti parfois de peur que je tombe…
Merci pour tous ces merveilleux moments que nous avons vécu…

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2016 – Journal d’une bourgeoise délurée

Elle

PointsElle ne s’était jamais préoccupé d’elle,
n’avait jamais assouvit ses envies, ses fantasmes, ses besoins…
Ses désirs ont toujours fait partie de son être, elle a souvent rêvé,
sans jamais oser les réaliser

Rêvé d’un homme… un homme comme elle, libre avec son corps et avec ses envies
Un homme avec qui elle pourrait partager une sexualité libre et débridée.
Vivant leur sexualité comme des gastronomes,
appréciant les plaisirs du lit comme on peut apprécier les plaisirs de la table
Partager cette table avec des amis, inventer des plats…
Tout en raffinement, sans excès, sans vulgarité,
Juste par désir… désir de jouer… désir d’aimer…
désir de l’autre… désir des autres…
Rêvé d’un homme qui la respecterait, ne la jugerait pas, la protègerait.
Un homme qui l’accompagnerait pour réaliser ses fantasmes
et qu’elle accompagnerait pour réaliser les siens…
Un homme qui la ferait fantasmer et qu’elle ferait fantasmer
Un homme qu’elle aimerait et qui l’aimerait.

Elle a toujours aimé jouer… aimé séduire… aimé qu’on la regarde…
Pas en portant des décolletés plongeants ou une minijupe…
plutôt dans la suggestion, c’est plus excitant…
Un bouton ouvert qui laisse apparaître la naissance du décolleté
Un col roulé un peu moulant ou un chemisier en soie à même la peau,
avec les seins qui pointent…
Une contradiction entre le col roulé et le fait d’être nue dessous…
Elle aime les jupes à 10 cm au-dessus du genou…
La longueur est parfaite pour jouer, croiser et décroiser les jambes,
faire remonter innocemment la jupe à mi-cuisse tout en dévoilant le revers
d’un bas… comme si de rien n’était…
Les jupes étroites… celles qui font fantasmer les hommes qui la suivent lorsqu’elle monte l’escalier
Elle aime sentir leur regard sur ses fesses… Sentir leur désir… un vrai désir
Le désir des hommes l’excite… mais leur désir pour ELLE…
pas juste l’envie de sexe.
Elle le ressent, il peut provoquer le sien…

Peu d’hommes ont attiré son attention, rares sont ceux qui ont compris
ce qu’elle attendait. Le désir et l’alchimie lui sont indispensables…
Avec un amant elle veut une relation forte, sensuelle et charnelle,
très charnelle…

A vingt ans elle s’est très vite aperçue que de telles pensées n’étaient pas compatibles avec la société bien-pensante. Il fallait faire attention,
ne rien dévoiler, se comporter correctement pour ne pas être cataloguée
dans les filles de « mauvaise vie », préserver sa réputation.
Difficile de parler de ses envies, difficile de les réaliser.
A cette époque la seule possibilité… les clubs échangistes…
Elle avait une vague idée de ce que c’était par quelques reportages vus
à la télévision. Du sexe pour du sexe… on consomme de la chair humaine
comme on peut s’empiffrer de gâteaux, certains sont de gros gourmands,
d’autres boulimiques…
Des tenues très aguicheuses, du déballage… toute une vitrine de gâteaux…
Un joli gâteau n’est pas forcément bon… on ne le sait que quand on y goutte…
on peut être déçu…
Que faire lorsqu’on a croqué dans un gâteau que l’on n’aime pas…
Recracher ce gâteau devant tant de monde ? Non ce serait discourtois,
par politesse il faut le terminer… parfois jusqu’à la nausée…
C’est la vision qu’elle en avait Ce n’est pas ce qu’elle recherchait…
Ça ne lui correspondait pas. Certains s’enivrent régulièrement,
peu importe la bouteille pourvu qu’il y ait l’ivresse.
D’autres comme elle, prendront le temps de choisir une bonne bouteille,
sans précipitation, pour la déguster, l’apprécier et la partager …

Elle a rangé ses pensées indécentes dans le fin fond de son cerveau,
a chanté une berceuse à sa libido pour l’endormir doucement…

Puis elle a eu 50 ans, elle s’est rendue compte qu’il lui restait peu de temps…
peu de temps pour séduire… se réaliser…
Le pouvait-elle encore… n’est-il pas trop tard…

Elle aime le sexe… mai pas le sexe conventionnel… pas le sexe matrimonial…
Elle le trouve ennuyeux… Le sexe pour elle est un art…
Certains hommes aiment les femmes comme un sculpteur aime ses modèles…
Ils sont des artistes… pas des collectionneurs…
Elle voudrait rencontrer un de ces artistes…
Être le marbre qu’il va travailler… la glaise qu’il va façonner…
être son chef d’œuvre…
Elle voudrait être son élève… Sa muse… qu’il soit son pygmalion…
Se sentir à chaque nouvelle expérience comme une vierge prête à découvrir
le plaisir…

Elle voudrait le faire bander et jouir comme jamais…

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2016 – Journal d’une bourgeoise délurée