GangDeFemmes

Points

Parfois on croise dans notre parcours des êtres exceptionnels.

J’ai déjà rencontré quelques  femmes gourmandes, mais plus rarement celles que j’appelle “des boules de plaisir” ; elles sont avides de rencontres et de scenarii, réceptives à la moindre caresse, aux plus petits attouchements, elles sont insatiables, jamais repues…

Ce n’est pas facile d’être leur partenaire privilégié, ça peut être très déstabilisant. Bien sûr il ne faut pas être jaloux, il faut être très partageur et aussi pouvoir suivre leur rythme et ça l’est encore moins dans un cadre D/s où le Maître prend en charge la sexualité de sa soumise. Il devra proposer, faire preuve de beaucoup d’imagination, la protéger aussi surtout s’il lui organise des gangbangs ou qu’il l’envoie seule chez quelqu’un. Il doit tout cadrer, tout vérifier, tout sécuriser. Mais parfois il doit aussi lui dire NON, comme on dit non à un enfant qui aurait abusé de sucreries.

J’ai souvent eu envie de posséder une soumise dont j’aurais pu diriger la sexualité, une soumise que j’aurai pu offrir, pour laquelle j’aurais organisé des rencontres, créé des scenarii, pas parce que je suis bi, mais pour me nourrir de son plaisir.

Mais ces gourmandes préfèrent les hommes et je n’en suis pas un.. 

 

Je ne pensais pas qu’un homme pouvait être aussi réactif et capable de s’offrir totalement comme  ces femmes, jusqu’à ce que je le rencontre LUI.

Arriver à faire gémir, râler, trembler un homme et lui faire totalement lâcher prise c’est la première fois que cela m’arrivait.

Il est ce que je recherchais chez une soumise “une véritable boule de plaisir”.

Dès notre première rencontre mon usine à vices s’est mise en marche.

J’ai tout de suite envisagé de lui organiser une sorte de gangbang associé à un public disgrace.

Mon cerveau fonctionnait en surchauffe. Je devais régulièrement me caresser pour faire retomber la tension sexuelle que cette idée provoquait chez moi. 

C’était jouissif 

…..

On se voyait régulièrement, je commençais à bien le connaître, je savais ce qui le faisait réagir, ce qui le faisait vibrer, j’avais aussi appris à utiliser les sondes urétrales.

J’aimais lui donner du plaisir. 

Tout son corps réagit. J’aimerais pouvoir le solliciter de toutes parts, mais je n’ai que deux mains et c’est très frustrant. 

Dans ces moments intimes ou nous sommes  seuls, j’ai besoin de me coller à lui et frotter mon sexe sur sa cuisse pendant que je joue avec ses tétons, dans cette position je peux sentir sa queue durcir entre mes seins. Mais ce qui le fait le plus réagir c’est quand je le fouille, parfois il en tremble de plaisir et il m’est arrivé de le rejoindre dans cette transe et de trembler à mon tour.

Pour moi ce sont de moments magiques.

…..

Le grand jour est arrivé, je lui avais imposé une semaine d’abstinence.

Du samedi précédent jusqu’au vendredi je l’avais excité « virtuellement » il n’était pas question qu’on se voit je n’aurais pas résister à la tentation de le fouiller. Je le voulais sous tension, je le voulais affamé.

Je lui avais donné rendez-vous à 20h à la Factory pour qu’il puisse prendre une douche et se préparer, j’y étais depuis deux heures déjà pour agencer le lieu avec ma fidèle amie. 

Ça faisait un moment qu’on n’avait pas organisé de soirée filles et celle-ci était un peu particulière il y aurait un Homme.

J’avais choisi celles qui allaient être mes complices et j’avais demandé à ma Lady de sélectionner les autres participantes. Je les voulais perverses et vicieuses à souhait.

Je savais qu’on serait moins nombreuses que lors des soirées précédentes, l’idée qu’il y ait un homme présent refroidirait certaines de nos habituées… et surtout leur mari… d’autres ne comprendraient pas qu’il ne pourrait pas y avoir de sexe avec lui, mais j’étais quand même étonnée par le nombre de participantes 

C’est l’heure, la soirée va débuter.

“Mets ton masque et suis moi.”

Je l’enferme dans la vitrine de la Factory, elle fera office de cage.

Je remonte à l’étage pour accueillir les participantes, 

On discute entre femme, on prend un verre.

Cloîtré dans sa vitrine il doit nous entendre, le stress doit commencer à monter.

Il doit commencer à s’inquiéter, il pensait que nous ne serions que cinq où six, il se trompait…

Des filles ont commencé à descendre un verre de champagne à la main  pour voir le spécimen.

Certaines venaient coller leurs seins ou leurs fesses contre la vitre. Une autre se doigtait puis ramenait son majeur à la bouche en le regardant avec un air vicieux, deux autres s’embrassaient et se caressaient attendant une réaction de sa part. Mais comme je le lui avais demandé il n’a pas bougé

Elles étaient surexcitées et lui était comme une pute dans une vitrine d’Amsterdam attendant le client.

Ça faisait déjà une heure qu’il patientait sagement, je me demandais dans quel état il pouvait être, qu’est ce qu’il pouvait bien se passer dans sa tête…

Était-il excité… inquiet… regrettait-il de m’avoir dit oui…

Il est temps de le faire entrer en scène 

Il est pieds nus, il porte un pantalon de ville une simple chemise blanche et une cage de chasteté, je ne le voulais ni nu ni en caleçon, je voulais créer un premier contact avec ces femmes qui allaient pouvoir le déshabiller. Et la chemise blanche lui donne une visibilité au milieu de toutes ces femmes vêtues  de noir.

J’ouvre la porte, je passe ma main sous sa chemise, je caresse sa peau, je ne résiste pas à l’envie de lui pincer les tétons. 

Je lui fais mal volontairement, histoire d’en rajouter à son stress.

J’accroche la laisse à son collier, nous nous dirigeons au milieu de la pièce, certaines nous tournent autour, d’autres tentent une main baladeuse, j’entends des sifflements et des commentaires “déplacés” comme peuvent le faire certains hommes sur un chantier lorsqu’une jolie femme passe. j’adore ça et malgré le stress de cette première fois je commence à être moi-même très excitée.

Elles nous ont toutes rejoint dans l’espace jeu, il découvre que nous sommes une vingtaine de femmes, beaucoup plus que je le lui avais laisser supposer.

“Bonsoir mesdames, je vous ai réunies ce soir pour un événement un peu particulier, un gangbangs associé à un public disgrace dont “le sujet” est un homme, pour la partie gangbang nous serons cinq à l’assurer, pour le public disgrace vous êtes toutes invitées à participer.”

Je rajoute un bandeau à son masque, le priver de la vision exacerbera ses sens

“Je vous présente Max, belle bête de 1m90 pour 90kg, extrêmement sensible, tétons réactifs à la moindre sollicitation, cul offert comme la bonne petite salope qu’il est et une queue qui ne demande qu’à être pénétrée. Combien de temps supportera-t-il les supplices que nous allons lui infliger, va-t-il craquer avant le bouquet final… Mes camarades et moi allons prendre notre temps le but n’est pas de le faire jouir en cinq minutes mais de faire durer le plaisir de le torturer. ”

“Mitsouko j’ai une question ça veut dire quoi “une queue qui ne demande qu’à être pénétrée”

Je sors les sondes et les montre à cette assemblée de femmes en leur expliquant que je vais en insérer dans son urètre en commençant par les plus petites pour pouvoir branler son pénis de l’intérieur et de l’extérieur, certaines se crispent, d’autres sont affolées par la taille des plus grosses sondes

“Mesdames les paris sont ouverts, faites vos pronostics, tiendra-t-il jusqu’au bout ou déclarera-t-il forfait…”

“N’hésitez pas à venir tâter la marchandise, et foutez-le à poil !!!!”

Elles ne sont pas loin d’une dizaine à se précipiter, l’une d’elles lui donne un grand coup de langue sur la joue, une autre lui murmure je ne sais quelles insanités à l’oreille, une autre lui pince les fesses. 

Une de mes préférée se met à genou déboucle sa ceinture et lui dégrafe son pantalon, elle me regarde et me dit

“Je voulais voir la cage je n’en ai jamais vu, je peux le lécher ?”

“Vas y ma belle fais toi plaisir”

Elles sont complètement déchainées, vicieuses et perverses comme je l’espérais

Je pose sa main sur sa poitrine, je sens battre son cœur à toute vitesse, il tremble un peu, je lui demande si ça va, il me répond oui avec un sourire

Il s’est très vite retrouvé nu, ses vêtements sont éparpillés un peu partout, une des filles a enfilé sa chemise blanche. Je demande à l’assemblée de s’installer le jeu va pouvoir commencer…

Il est aveuglé par le bandeau, nous le guidons pour qu’il puisse s’installer sur le fauteuil gynécologique, je sais qu’il aurait préféré le confessionnal de la facto, mais il fallait que les filles puissent voir, d’où le bandeau sur les yeux.

Nous sommes cinq, Clara, Lady, Isa, Juliette et moi, toutes parfaitement complices

Juliette qui a déjà joué avec nous commence par lui travailler les tétons, il réagit, 

Isa et Lady le caressent de chaque côté dans une symétrie parfaite remontant des chevilles jusqu’aux épaules en passant par l’aine

Clara et moi enfilons nos gants en latex, à côté du fauteuil il y a une petite table où j’ai préparé tout le matériel nécessaire, gants, lubrifiant, jouets, désinfectant, etc…

Je commence, j’enduis mes mains de lubrifiant, je fais doucement rentrer un doigt puis deux. Il commence à réagir, il gémit, je tapisse l’entrée de son cul de lubrifiant, je masse ses chairs intimes, Le majeur et l’index de mon autre main viennent rejoindre les premiers, je commence à le fouiller plus sérieusement, de mes quatre doigts je le fais grogner. Il commence à éructer comme une salope, les filles l’encouragent à s’exprimer, le traitent de salope, de chienne, il leur répond…

“Ouiiiiii je suis une salope, j’adore ça”

je voudrais le fister mais je n’y suis jamais arrivé, ma main ne passe pas… mais je sais que Clara elle le pourra elle l’a déjà pénétré, pour qu’il n’y ait pas de temps mort d’un clin d’oeil j’invite Lady à me rejoindre elle a découvert ces jeux il y a peu et elle adore fouiller, ses doigts viennent remplacer ceux de ma main gauche, nous nous retrouvons toutes les deux à faire danser nos doigts dans son cul, il se tord de plaisir. Nous jouons en binôme pendant un petit moment encore

Je commence à sentir la chaleur qui monte dans mon bas ventre, ça coule entre mes cuisses, j’ai besoin d’une pause, j’ai besoin moi aussi d’être spectatrice. J’enlève mes gants, j’essuie mes mains avec une lingette puis les frotte avec du gel hydroalcolique .

Les filles se poussent pour me laisser une petite place sur le canapé juste en face du spectacle, je me délecte de cette vision, j’avoue je suis un peu candau… je voudrais pouvoir me caresser mais impossible il faudrait que j’aille me laver les mains. 

J’en ai mal à la chatte tellement j’ai besoin de jouir

Son cul est prêt, lubrifié et bien ouvert, je rejoins les filles, Clara remplace Lady, je grimpe sur la table soulève ma jupe et colle mon sexe contre sa bouche à l’étouffer.

Ainsi positionnée, je rapproche ma langue de son sexe et le lèche à travers les barreaux de la cage de chasteté, je sens son sexe qui durcit, je soulève un peu mon bassin pour le laisser respirer, j’ai envie de lui pisser dans la bouche — pas maintenant ce n’est pas le moment —  Clara va bientôt le fister, je lui enlève la cage, je fais signe à Lady de me passer mon wand, accroupie sur son torse mon sexe trempé contre sa peau je caresse d’une main son périnée et de l’autre je dirige le vibro sur son gland je dois faire attention à ne pas le faire jouir. Clara m’envoie son regard malicieux, je lui fais un signe de tête, nos regards ne se quittent pas, elle fait pénétrer sa main entière dans ses entrailles, ses yeux pétillent, tout en continuant notre manège on se roule une pelle…

Il gémit… il râle… il grogne…

Je le sens trembler… où c’est peut-être moi qui tremble…

Non c’est lui, Il a besoin d’une pause. 

Je descends, fais signe aux filles de continuer doucement le temps que je revienne

Je monte les escaliers, je commence par me laver les mains, je bois un verre, j’ai besoin de sucré, un jus de fruit, j’aurais bien aimé une coupe de champagne, mais ça sera pour plus tard. J’attrape une bouteille d’eau et un verre avant de retourner dans l’espace de jeu.

La première manche vient de se terminer, Clara enlève ses gants, la plupart des filles remontent pour grignoter, boire ou fumer.

Je lui enlève son bandeau et l’aide à descendre, ses jambes flageolent, il a froid. 

Je l’enveloppe dans un plaid et lui tend un verre d’eau, il se cale entre mes jambes sur le canapé. Nous restons un moment comme ça, le temps qu’il reprenne ses esprits. Je le caresse et le câline comme on le fait avec son chien quand on est content de lui.

Il a envie d’une cigarette, je lui tends ses chaussures, accroche la laisse à son collier et nous montons. Nous nous isolons mes complices et lui pour fumer tranquillement, une des femmes se rapproche et lui demande si ça va

“Oui Madame, très bien Madame je vous remercie de votre sollicitude.”

Tout mi-temps ne doit pas durer trop longtemps… Il est temps de lancer la seconde partie du jeu. Je tends la laisse à Lady qui redescend avec Juliette et Isa pour l’installer.

Avec Clara nous allons nous laver les mains

Lorsque nous rentrons dans l’espace de jeux la plupart des filles ont retrouvé leur place, certaines d’entre elles n’ont pas pu résister, trop excitées par la première manche elles s’activent, on commence à entendre leurs gémissements.

Max essaie tant bien que mal de regarder, mais Juliette lui met une petite claque et crée un rideau avec son corps, il ne peut qu’entendre… pas voir…

Voilà on y est, la seconde manche, celle que j’ai le plus désirée, mais aussi celle que je redoute le plus… la partie avec les sondes… cela ne fait pas très longtemps que je les manipule et jusque là il m’a toujours guidée.

Juliette lui remet son bandeau sur les yeux, Lady et Isa lui attachent les poignets et les chevilles, puis le sanglent.

Il devra pouvoir bouger le moins possible.

Sur ce coup-là pas question que je me frotte sur lui je dois me concentrer. 

Avec les filles nous avons convenu du déroulement de cette seconde partie, si la première pouvait se dérouler au feeling, ça n’est pas possible pour celle-ci je ne suis pas assez sure de moi. Au début nous ne serions plus que quatre autour de lui avec chacune notre rôle. La cinquième Lady sera notre “infirmière instrumentiste”, venant du BDSM elle connaît parfaitement les règles d’hygiène, je n’ai pas besoin de les lui expliquer.

A part les gémissements de celles qui s’activent sur le lit, la factory est silencieuse, les spectatrices sont très attentives la tension doit être palpable…

Juliette lui caresse les tempes pour l’aider à se détendre, Isa lui caresse l’intérieur des cuisses, le ventre et le torse.

Je regarde les femmes assises autour de nous et je leur chuchote qu’avant de pouvoir insérer les sondes il faut que je le fasse bander. Un doigt se lève

“Je peux venir le sucer ?”

“Mais avec plaisir mademoiselle”

La petite brune avale son gland tout en lui serrant la base du pénis.

Les gémissements des unes et le savoir faire de cette demoiselle commence à faire son petit effet, j’entends la respiration de Max s’accélérer, je fais signe à la brunette de ralentir.

J’enfile une paire de gants, Lady prépare les sondes sur un plateau, elle les a d’abord désinfectées avec de l’alcool.

Je saisis son sexe d’une main, la petite brunette retourne sagement s’installer sur le canapé en se léchant les babines, la salope elle s’est régalé de tout son liquide séminal il va falloir que je lubrifie.

Je le branle pour maintenir l’érection, Lady me passe la première sonde, elle l’a lubrifiée, c’est parfait.

Je dessine l’entrée de son périnée du bout de la sonde en la faisant tourner, elle commence à glisser gentiment. Je ne pousse pas il doit l’aspirer naturellement.

Ça y est, elle est à l’intérieur, je branle doucement son pénis pour la faire pénétrer un peu plus… c’est assez facile, je peux passer à une sonde de diamètre supérieur. Je renouvelle cette opération jusqu’à ce que j’atteigne sa limite de pénétration, la sonde N°10

Je continue à branler son sexe, je fais un signe de tête à Isa, elle commence à lui travailler les tétons,  il commence à gémir et bouger, Juliette lui maintient la tête.

Je commence à me détendre, sans lâcher son sexe et la sonde, je me baisse pour donner des coups de langue sur son gland, je le suçote.

“hummmm… Je vais jouir”

NON !!!!!! pas question c’est trop tôt, je le veux pénétré de toute part.

Je me relève et ralentit mon mouvement. Isa fait de même, elle abandonne le travail des tétons. Je fais signe à Clara de se préparer, elle saisit “mon pure njoy”, un gode en acier qui le fait décoller.

Je maintiens la sonde, son érection commence à redescendre mais je dois laisser le temps à Clara de le pénétrer, ça devrait être assez rapide, la première manche l’a bien préparé.

Clara est en place et commence de petits mouvements, je reprends la masturbation de son sexe, il est de nouveau ferme.

C’est le moment

“GO les filles !!!”

Je le branle de l’intérieur et de l’extérieur, Clara sollicite sa prostate avec le Gode en acier, Isa travaille ses tétons, Juliette le maintient et l’excite avec des mots crus, Lady nous a rejoint elle fait vibrer d’une main le wand sur son gland et de l’autre caresse son périnée.

Il râle, il grogne, je sens les premiers soubresauts, il n’aura pas fallu cinq minutes, j’enlève doucement la sonde, je serre son sexe, je lui saisis les couilles.

Je regarde son sperme gicler et venir couler sur ma main

J’ai joui, je tremble, je suis vidée, mes jambes ne me porte plus j’ai la tête qui tourne, le cœur qui s’emballe

Je n’ai plus de force, mais je me déshabille et je grimpe quand même sur ce fauteuil pour m’allonger sur lui.

J’ai besoin de ce contact, besoin de me ré-approprier celui que je viens de partager…

Il est tout aussi fébrile que moi, je sens son corps trembler, on a besoin tous les deux de redescendre.

Mes amies le libèrent, il m’enlace, je sais à ce moment-là qu’il est heureux.

Sentir ses bras autour de moi a beaucoup plus de valeur qu’un “merci Madame” ou “merci Maitresse”

Nous sommes restés un long moment comme ça, lorsqu’on a émergé nous étions seuls les filles étaient toutes remontées, je ne sais pas si elles ont compris que nous avions besoin de ce moment pour atterrir où si mes complice les ont obligées à nous laisser.

Lorsque nous avons enfin atterri je lui ai tendu un peignoir que j’avais apporté pour lui. Nous sommes remontés tranquillement. Max pouvait enfin enlever son masque et moi j’avais bien mérité ma coupe de champagne.

la plupart des femmes présentes à cette soirée sont des libertines, elles ont découvert une autre façon de donner du plaisir à un homme, comme moi je l’ai découvert quand je l’ai rencontré. Certaines étaient très curieuses, elles avaient beaucoup de questions et étaient aux petits soins pour lui. 

“J’aimerais bien jouer comme ça avec mon mari, mais à peine j’approche son anus il se crispe, et vous c’était pareil au début ?“

“Non mais sérieusement les sondes c’est pas douloureux… parce que moi j’avais mal à votre place“

Max s’est douché puis s’est rhabillé, il avait bien mérité sa récompense.

Il allait pouvoir assister sans participer confortablement installé dans un fauteuil à la troisième mi-temps : “une orgie de femmes”… 

Et moi je commençais déjà à me demander ce que j’allais bien pouvoir trouver pour nourrir l’insatiable appétit de ce gourmand…

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2020 – Journal d’une bourgeoise délurée

Adrenaline

Points

Cette année je voulais relever un défi, participer au PNE, le prix de la nouvelle érotique.

Ce prix se déroule la nuit du passage à l’heure d’hiver, une nuit blanche pour écrire, du café en perfusion, et deux contraintes, un contexte de situation et terminer par un mot imposé.

Mais à cette date je n’étais pas disponible je n’ai pas pu concourir, et peut-être que je n’aurais pas été retenue lors des présélections, je ne suis pas écrivain, juste une blogueuse. Mais j’avais envie d’écrire cette nouvelle et de savoir si j’étais capable d’écrire un texte à la demande.

Je ne suis pas certaine d’avoir compris le thème imposé, mais voilà le texte que cela m’a inspiré, j’espère qu’il vous plaira.

CONTEXTE DE SITUATION : « ONE MORT TIME »
MOT FINAL : ENTONNOIR

Points

Mes fantasmes deviennent de plus en plus obsessionnels, j’ai besoin d’aller plus loin, d’assouvir cette soif de découverte, ce désir de ressentir de nouvelles sensations…

J’ai besoin de connaitre mes limites et surtout de les dépasser.

Depuis un an je ne baise plus, je n’en ai plus envie, le sexe ne me suffit plus, je m’ennuie au lit. Peu importe le genre de mon partenaire… homme… femmes… T-girl… A chaque fois je reste sur ma faim.

J’ai besoin d’adrénaline, de perversions et de douleurs maîtrisées, j’ai besoin d’avoir peur…

Cette peur qui m’excite… celle qui ouvre ma chatte et trempe l’intérieur de mes cuisse…

La première fois que j’ai ressenti l’effet de la peur c’était il y a deux ans, une de mes premières rencontres après une longue période d’abstinence. Je m’étais inscrite sur un site, j’avais accepté un rendez-vous au bar d’un hôtel.

Je n’étais pas habituée, j’avais déjà une boule au ventre, je ressentais les premiers effets de la peur.

Nous nous sommes retrouvés au bar, il m’attendait sûr de lui. Il a ôté mon manteau, de son regard noir il m’a détaillé de la tête aux pieds, a dégrafé un bouton de mon chemisier – je devais certainement être trop sage à son goût – il a passé sa main sous ma jupe…

Je me sentais honteuse, j’avais l’impression d’être une jument avant une vente…

Nous nous sommes assis, il a commandé une coupe de champagne sans me demander ce que je souhaitais, nous n’avons pas échangé un mot, juste des regards. J’étais mal à l’aise mais très excitée et il le voyait.

Je crois que ce soir-là j’ai descendu ma coupe de champagne comme une assoiffée.

Il s’est levé, m’a saisi fermement le bras, je me suis laissé faire, je ne savais pas ce qui m’attendait je savais juste que j’avais peur et que cette peur m’excitait. Nous avons pris l’ascenseur, il me fait entrer dans une chambre. Il me retourne, me plaque fermement contre le mur, une main sur ma bouche l’autre à l’intérieur de mes cuisses, je suis trempée, totalement ouverte. Mes jambes tremblent, je sens ses doigts me fouiller, son pouce malaxer mon clitoris…Oh pas longtemps… Juste le temps de vérifier que je suis prête à subir ses assauts… Sa main me laisse enfin respirer, il dégrafe son pantalon… Je sens sa queue me pénétrer… Son souffle… Son corps écraser le mien contre cette paroi… ses mains pétrir ma chair. Il est brutal, il ne m’a pas fallu cinq minutes pour jouir.

La peur avait remplacé les préliminaires bien plus efficacement.

Je l’ai quitté le lendemain matin, très tôt en sachant que je ne le reverrai pas.

Il m’a fallu du temps pour accepter ce que j’ai fait ce soir-là, suivre un inconnu dans une chambre d’hôtel, ne rien savoir de lui, me laisser malmener et y prendre du plaisir… Comprendre que la peur est une de mes sources d’excitation…

Pendant quelques temps j’ai repris une vie sexuelle plus classique, mais le besoin d’adrénaline est très vitre réapparu, ressentir à nouveau les effets de la peur…

Dès que je le pouvais j’organisais des rendez-vous avec des inconnus, j’aime être attachée, avoir les yeux bandés… Ne pas savoir… Me laisser utiliser…

A chaque fois des rencontres uniques… mais elles finissent par toutes se ressembler…

Je n’arrive plus à lâcher prise, Il me faut autre chose…

La douleur est une de mes autres sources d’excitation…

Pas la douleur que l’on a tous connu en se blessant…

Non, une douleur recherchée, une douleur qui vous fait décoller, une douleur qui vous grise comme l’alcool, une douleur qui vous met dans un état second…

Je retrouve cette adrénaline dans des jeux de bougies ou d’impact, toujours contrainte et aveuglée. J’aime ça, j’aime être à la merci de mon tortionnaire.

Les bougies sont un de mes jeux préférés, je suis réceptive à la chaleur.

M’épiler m’excite, pendant que la cire fond dans l’appareil je dois aller me laver et me sécher… je suis déjà trempée…

Je dépose la cire brulante sur mon sexe… C’est douloureux mais que c’est bon…

Il m’est arrivé de me brûler à m’arracher la peau sans que ça fasse retomber mon excitation. A chaque fois mon sexe dégouline, mon vibromasseur n’est jamais loin.

Quand je m’épile je sais quand la cire va toucher ma peau, je gère, je maitrise. Mais quand on joue avec mon corps je suis dans l’attente, je suis à la merci du bon vouloir de mon tortionnaire. L’attente est douloureuse, excitante. Ma chatte est sous tension, elle souffre de la faim.

Quelle étrange sensation que la caresse de la brûlure. Les gouttes de cire tombent sur ma peau, elles atterrissent sur mon ventre, mon sexe, le premier contact est violent, brulant, ça ne dure qu’un court instant.

Les gouttes sont comme des galets qu’on jette sur l’eau, leur atterrissage est rude pour laisser la place à des ondes de plaisirs, plus la cire tombe plus les ondes sont puissantes et pénétrantes laissant remonter une divine sensation tout le long de mon échine.

Mon bas ventre est en feu, enflammé par un besoin qu’on me fasse gicler pour éteindre cet incendie. Je ne sais plus ce qui coule entre mes cuisses… La cire des bougies ou le jus de mon sexe.

Mon tortionnaire glisse ses doigts dans mon vagin, il les retire me les fait lécher…

Je lèche, je me régale… Une claque sur ma chatte, deux claques, il continue de plus en plus fort. La dernière goutte de cire, plus proche de mon sexe, quelques centimètres, celle que je n’attendais pas. Un cri rauque sort de ma gorge, je râle, je me cambre. La jouissance libératrice, celle dont j’avais tant besoin.

Il me laisse souffler, mais rien n’est fini. Il faut enlever la cire, j’ai froid, je plane encore, les effets de l’adrénaline. Il me saisit, me contraint fermement. Je ne peux pas bouger, je sens la lame de son couteau parcourir mon corps, cette lame qui peut m’entailler à tout moment. Je ressens la peur au ventre, c’est bon, c’est excitant…

S’obliger à rester immobile, rester immobile avec une putain d’envie de jouir. Peur de jouir, peur d’être tailladée par cette lame au moindre mouvement. De nouvelles sensations…

Un orgasme muet, puissant, invisible… Lui sait…

Le corps n’a pas pu s’exprimer, j’ai cru que mon cerveau aller éclater. J’ai eu peur, une autre peur, une peur irraisonnée de ne plus pouvoir revenir.

Peur de mourir de plaisir…

Ces moments sont rares et précieux. Je ne fais plus de rencontres classiques, je n’en ai plus envie. Je me satisfais seule, avec mes jouets. Mais c’est de plus en plus difficile. Un vibro, deux vibro, parfois trois… Il faut bien ça pour que ça claque encore dans ma tête, je jouis, plusieurs fois… je sais que je peux connaitre autre chose. J’insiste, je continue, ça devient insupportable, douloureux, j’en veux encore, mais mon clitoris ne tolère plus le moindre contact… je voudrais aller au-delà de cet orgasme mécanique, aller au-delà du supportable… mais j’ai la trouille ! la trouille d’y rester… la trouille que mon cerveau lâche… La trouille de ne plus être capable de revenir…

Seule je n’aurais jamais le courage de franchir cette limite, on ne peut pas forcer l’orgasme soi-même. J’ai déjà assisté à des séances d’orgasme forcé en réel et en cam. Une femme est attachée elle ne peut pas se délivrer, elle ne peut pas esquiver le vibromasseur de son tortionnaire. C’est très impressionnant. A chaque fois je serre les dents, les fesses, les cuisses. Tout ça bien fermé rien ne risque de passer. Ça a l’air tellement intense. Elle subit, elle se débat, parfois elle convulse, elle hurle, impossible de savoir si ses cris sont dus au plaisir ou à la douleur. J’ai l’impression qu’à la place de cette femme je ferais une crise cardiaque !…

J’ai besoin de savoir, besoin de connaitre cet orgasme suprême, ce graal… Mon graal…

Deux peurs se télescopent. Celle qui m’excite et celle qui me fait reculer.

Mais aujourd’hui celle qui m’excite a pris le dessus, elle a gagné.

Le hasard des rencontres m’a mis sur le chemin d’un couple, nous nous sommes déjà croisés, jamais intimement, mais j’ai confiance, j’ai confiance parce qu’elle elle sait, elle connait le graal. Je les ai vu en cam, elle était attachée subissant les vibrations du fairy black, dans l’impossibilité de se dérober, lui usant et abusant de cet instrument de torture.

Depuis je n’ai cessé d’y penser… de fantasmer…

Lors d’un diner, nous nous sommes revus, nous avons échangé, elle voudrait me dominer, je n’aime pas être dominée par une femme. Mais j’ai accepté, j’en ai envie,  je lui ai confié mes désirs et mes craintes. Ils vont me faire découvrir autre chose, de nouvelles sensations. Je leur ai donné carte blanche, je suis joueuse, la présence de cette femme me rassure. Une soirée ou je vais me soumettre, une soirée ou mes deux sources d’excitation la douleur et la peur seront exacerbées par la contrainte et la privation de la vue.

Une soirée clôturée par cet orgasme forcé que je redoute tant.

Mes deux peurs se télescopent toujours, parfois la peur de ne pas revenir prend le dessus.

N’appelle-t-on pas la jouissance la petite mort.

Un célèbre président est mort en épectase… son ultime orgasme, sans doute le plus beau.

Bientôt je vais atteindre “mon graal”, peut-être ma seule et unique fois.

One more time…

One more time…

One more time…

One Mort time…

Le rendez-vous est pris, je ne peux plus reculer, je ne veux pas renoncer. Je compte les jours. Mon excitation croît autant que ma peur. Je dois la maintenir, l’amplifier, je voudrais la concentrer pour mieux en profiter. La mettre en bouteille, pour pouvoir l’inhaler  et me shooter avec le jour venu.

Chaque jour d’angoisse, chaque jour d’attente est un grain de sable dont je remplis cette bouteille.

Pour ne pas perdre un seul de ces grains de sable je les fais passer par un entonnoir…

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2018 – Journal d’une bourgeoise délurée

joueralapoupee

Points
On lit tout et n’importe quoi sur les X-Dolls, certains trouvent ça glauque, d’autres y voient du proxénétisme.

Quand Laslo Sardanapale m’en a parlé, qu’il m’a dit que certaines d’entre elles seraient présentes pendant le fameux WE de la pentecôte, j’ai trouvé ça génial, je n’y ai rien vu de malsain, juste une occasion de tester un nouveau jeu.

Depuis, elles font l’objet de beaucoup d’articles, la plupart sont négatifs, au mieux ils évoquent un palliatif à « une misère sexuelle » au pire le propriétaire de cette maison est accusé de « proxénétisme »

J’ai eu envie de montrer autre chose, je me suis projetée dans un scénario de jeu avec une de ces poupées. Ce scénario deviendra une réalité, j’ai hâte de jouer avec

J’en avais assez des soirées et des trios habituels, je m’ennuyais j’avais besoin de nouveauté, je suis tombé sur un site qui a tout de suite éveillé mon imagination et mon esprit pervers… Une maison close de poupées venait d’ouvrir ses portes à Paris.

Il fallait que je réfléchisse à un scénario, j’ai gardé l’information pour moi, j’avais envie de surprendre mon chéri, mieux de le déstabiliser.

Je lui ai demandé de prendre son après-midi, sans le lui dire j’avais réservé une chambre dans cet établissement et la poupée Sofia, les formes de cette jolie brune me plaisaient beaucoup, j’avais une furieuse envie de ”jouer à la poupée“.

Nous sommes allés déjeuner dans un petit resto, je portais une jupe crayon, des talons aiguilles et un chemisier qui laissait voir la naissance de mes seins, il fallait que je le mette en appétit, même s’il est très joueur l’emmener directement dans la chambre l’aurait peut-être “bloqué”, je devais le “préparer”…

Ensuite je l’ai entrainé dans une boutique de lingerie, j’ai fait quelques essayages en jouant de mon corps, je me caressais les seins en essayant un soutien-gorge, je me cambrais pour offrir ma croupe à son regard, le mien voyait son pantalon se déformer…

Il était prêt.

Nous sommes passé à la caisse pour régler nos achats, en sortant de la boutique je lui ai glissé à l’oreille en me frottant à lui.

– Je te propose un nouveau jeu, tu me suis ?

Il a glissé sa main sous ma jupe,

– Hummm ça a l’air de bien t’exciter, je te suis où tu veux

Je l’ai entrainé jusqu’à cet appartement, nous sommes entrés dans la chambre, Sofia était là, allongé sur le lit, j’avais demandé qu’une de mes playlists soit diffusée. Il m’a lancé un regard interrogatif, mais il souriait c’était bon signe…

– Mais c’est quoi ce jeu ? Tu ne penses quand même pas que je vais « baiser une poupée » ?

– Pas tout à fait mon chéri, nous allons la baiser tous les deux…

J’ai sorti mon double dong de mon sac

– Je vais te guider, fais-moi confiance. Assieds-toi sur le lit près d’elle

Je me suis mise à onduler au rythme de la musique, tout en me déshabillant je caressais mon corps, il me regardait, malgré la situation incongrue une bosse déformait son pantalon. Je me suis retourner pour lui offrir une vue sur ma croupe en enlevant mon string, j’ai remonté mes mains le long de mes jambes, mes doigts ont commencé à caresser mon sexe. J’ai su qu’il était prêt à jouer le jeu quand il a enlevé sa chemise.

Il était toujours appuyé contre le mur, il me regardait

Je n’avais gardé que mes bas et mon porte-jarretelles, je me suis approché de la poupée Sofia, j’ai commencé à l’entreprendre comme je l’aurais fait avec une femme, sans le quitter du regard.

– Tu es une véritable petite vicieuse, tu arrives à me faire bander en jouant avec une poupée…

Je léchais et malaxais ses seins tout en frottant mon sexe contre le sien. Il a dégrafé son pantalon, il était très tendu.

– Branles toi, je veux que ta queue soit bien raide quand tu vas la pénétrer

J’étais très excitée, tout en continuant à chevaucher Sofia, j’ai saisi mon double dong, je me suis mise à le lécher, le sucer, je soutenais toujours mon chéri du regard.

J’ai inséré le double dong dans la chatte de Sofia, puis je me suis empalé dessus, j’ai commencé à effectuer un va et vient tout en le maintenant et caressant mon clitoris. Le regard de mon chéri devenait de plus en plus lubrique, j’adore provoquer ce regard, il est aussi excitant que ses mots crus

Je lui ai lancé un préservatif.

– Rejoins-moi, sodomise-la

Il a mis le préservatif, Sofia et moi avons basculé sur le côté, je lui ai écarté les fesses pour qu’il la pénètre.

Nous avons accordé nos coups de reins, je lui caressais les couilles, une de ses mains malaxait mes fesses, l’autre s’agrippait à un sein de Sofia.

C’était encore plus excitant que je ne l’avais imaginé, je sentais la jouissance approcher, les coups de reins de mon chéri entrainaient le double dong, mon vagin était bien rempli.

– Je sens ta queue, cognes plus fort

Je me retenais, je ne voulais pas jouir avant lui.

Je l’ai senti se crisper, mes mains ont saisi ses fesses, elles accompagnaient ses mouvements, j’ai entendu sa respiration s’accélérer, j’ai vu son regard…

– Salope, tu m’as faire jouir

Je pouvais moi aussi me laisser aller.

Nous sommes restés un long moment immobiles.

Il a pris ma main pour y déposer un baiser, son regard était devenu tendre.

– Merci chérie pour ce moment fabuleux, tu m’étonneras toujours

Sofia

Poupee_004

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2018 – Journal d’une bourgeoise délurée

LePontDeLObeissance

Points
Je ne suis ni auteure ni photographe, mais j’aime les mots, la photo, la vidéo. j’ai besoin de créer. Je suis surtout animée par les émotions, j’ai besoin d’avoir vécu ou de ressentir les choses.

J’ai vu une photo de Ressan qui m’a immédiatement troublée, cette photo est forte, elle m’a inspirée cette histoire, une femme en cape noire traversant le pont de Bir Hakeim.

Certains d’entre vous la reconnaitront…

Plus que l’esthétisme ou le stylisme d’une photo la force du photographe est de faire travailler notre imaginaire, de nous raconter une histoire.

emmnuel ophelie paris13sep2017-404

Elle n’a pas de Maitre, elle n’arrive pas à faire assez confiance à un homme pour se livrer totalement, l’idée d’obéir à un seul homme sur le long terme l’inquiète.Elle a peur de perdre sa liberté…

Mais elle aime cet univers du BDSM, son esthétisme, ses jeux et toutes ses nouvelles sensations qu’elle découvre avec gourmandise.

Elle a accepté quelques guides, des hommes ayant déjà leur soumise. Avec eux elle ne se sent pas « piégée ». Ils lui permettent de vivre ses envies et de se dépasser, tout en restant une femme indépendante.

Cet été elle a vécu une séance avec l’un d’eux, elle a aimé, mais il y avait eu des “temps morts” qui l’ont rapidement fait redescendre. Elle lui a dit qu’elle aimerait renouveler cette expérience mais qu’elle souhaitait qu’il ne soit pas seul, pour ne pas avoir le temps “de respirer”

On était en novembre, un samedi, elle vient de se réveiller, elle a reçu un sms de son guide assez sec :

“Rends toi ce soir à 18 h au Novotel près de la tour Eiffel, j’ai réservé une chambre à ton nom, suis les consignes que je t’ai laissées”

Sa première réaction a été la colère, pour qui se prenait-il… Même pas un bonjour…
Elle n’était pas sa soumise pour être traitée de cette façon, hors de question qu’elle accepte de lui obéir…Elle avait une furieuse envie de le remettre à sa place…

Novotel !… quel drôle de choix, ce n’est pas vraiment le type d’établissement qu’il a l’habitude de fréquenter, ça manque de glamour, pour elle c’est juste un hôtel de passage pour ceux qui viennent bosser sur Paris.

Quelques cafés et une douche plus tard, sa colère s’est apaisée laissant la place à la curiosité…

Elle lui a simplement répondu

“À tout à l’heure”

Habituellement elle gère tous ses RDV, les planifie, elle en connait la date ou l’ambiance à l’avance, elle a le temps de s’y préparer. Il lui reste quelques heures pour s’épiler, se faire les ongles et se coiffer, elle est sous pression, pas vraiment excitée, mais elle est intriguée et se sent assez en confiance pour accepter le jeu. Même si elle s’en est déjà remise à un homme, c’est la première fois qu’elle n’est pas “décideuse” et ne maitrise rien

Elle met quelques robes et pièces de lingerie dans son sac, choisit une paire d’escarpins vernis, elle décidera de ce qu’elle portera dans la chambre d’hôtel en fonction de ses consignes.

Il est temps pour elle d’aller découvrir ce fameux Novotel.
Si il voulait la déstabiliser, il a réussi.

Après une heure de trajet, elle arrive enfin, récupère sa clé et s’arrête devant la porte de la chambre.

Que doit-elle faire… frapper ou entrer… est-il la ?

Elle frappe quelques coups discrets à la porte… aucune réponse…
Elle entre, pose son sac et allume la lumière.
Elle découvre sur le lit une somptueuse cape de velours noir, un porte-jarretelle, une paire de bas un masque et un collier de cuir. Sur la table de chevet une enveloppe avec ses consignes.

“Tu as deux heures pour te préparer, je te veux outrageusement maquillée, aucun bijou, porte seulement ce que tu trouveras sur le lit. Tu quitteras l’hôtel à 20 heures, je t’appellerais, tu décroches, tu ne dis rien, tu mets simplement ton oreillette et tu suis mes ordres”

Elle s’est mise à trembler, s’est assise sur le lit pour reprendre ses esprits, sa gorge est nouée mais son ventre et son cerveau bouillonnent. Elle a besoin de réfléchir, faire tomber cette tension, se détendre. Elle commande une bouteille de champagne, se fait couler un bain, elle décidera ensuite…

Obéir… ou rentrer chez elle…

Cela fait déjà une heure qu’elle est dans cette chambre d’hôtel, il faut qu’elle fasse son choix, même si elle n’a pas grand-chose à mettre il lui reste peu de temps.

Elle se maquille et se démaquille à plusieurs reprises, ses yeux doivent être charbonneux et sa bouche rouge, elle n’est pas habituée à se farder autant. Elle garde ses cheveux lâchés, se parfume il ne lui reste plus qu’à mettre le collier, les bas et le porte-jarretelle… puis la cape de velours noir.

Ainsi parée, et peu sure d’elle, elle descend dans le hall de l’hôtel. Elle imagine qu’il sera là à l’attendre ou qu’il aura envoyé quelqu’un la chercher. Le téléphone sonne, elle décroche et mets son oreillette.

“Dirige-toi vers le pont de Bir Hakeim”

Elle n’imaginait pas devoir déambuler ainsi vêtue dans les rues Il ne fait pas vraiment froid, mais il pleut assez fort. Tout en maintenant sa cape fermée, elle retourne à l’accueil de l’hôtel et demande s’ils ont un parapluie à lui prêter en expliquant qu’elle se rend à un bal costumé.

Le pont n’est pas loin, un peu plus de 500 m, elle essaie de garder sa cape fermée autant qu’elle le peut. Arrivée à l’entrée du pont elle aperçoit un homme, il est arrêté, il téléphone. Elle se fait le plus discrète possible, elle ne veut pas se faire remarquer, ses talons claquent sur le bitume, son poing libre tient le plus fermement possible sa cape. Dans son désir de passer inaperçue elle en a oublié son guide au téléphone.

“Lâche ta cape et tiens-toi droite”

Mon Dieu… comment sait-il…
Cet homme sur le pont en train de téléphoner… qui n’avait l’air de rien… juste d’un passant…
Est-ce qu’il la surveille ? Est-ce qu’il lui donne des informations sur le déroulement de son trajet ?…

Sa main lâche la cape… le velours est plus lourd que du satin, mais le vent parvient à s’engouffrer, il soulève légèrement les pans de ce vêtement, dévoilant sa nudité aux yeux des passants.Son corps est pris de frissons, à l’angoisse et la gêne se mêle l’excitation.
Elle arrive enfin au bout de ce pont, la traversée lui a paru interminable.

“Arrête-toi et attend on va venir te chercher, obéis sans poser de questions”

Deux ou trois minutes s’écoulent qui lui paraissent interminables
Elle entend une voiture, puis une portière claquer, des pas se rapprocher, elle a froid, elle n’ose pas se retourner.

“Bonjour, ne vous retournez pas, je vais vous bander les yeux pour vous conduire chez votre hôte”

Elle se laisse faire, se laisse guider, il l’aide à monter à l’arrière de la voiture.
Le trajet est assez court, une vingtaine de minute… peut être une demi-heure, quelques arrêts… certainement des feux rouges, elle essaie d’imaginer ce que les passants imaginent en la voyant dans cette voiture avec sa grande cape… les yeux bandés…

Ils sont entrés directement, sans sonner… sans frapper…
Pas d’escalier… pas d’ascenseur… ça doit être une maison…
Malgré la chaleur, elle a toujours froid, son corps frissonne, tous ses sens sont en éveil. Elle entend des pas, des voix, sent des parfums, elle a l’impression d’être la seule femme. Pas un bruit de talon aiguille sur le parquet, aucun parfum gourmand…

On lui a enlevé sa cape, on l’a placé au centre de la pièce… du moins elle le pense…Privée de la vue, elle sent les regards sur elle.
Puis une cravache vient s’abattre sur l’intérieur de ses cuisses

“Ecarte !… Les mains derrière la tête !…”

Elle s’exécute, étonnée de sa capacité à obtempérer, elle s’est toujours crue incapable d’une telle attitude. Son égo s’y est toujours refusé, mais aujourd’hui elle obéit… naturellement… avec plaisir et sans aucune hésitation…

Impatiente et très excitée…

Les premières mains viennent la caresser, la palper, la jauger… Des doigts lui pincent les seins… d’autres fouillent son intimité… Elle ne sait pas combien ils sont… au moins trois… Elle ne reconnait pas la voix de son guide…

Est-il là ou l’a-t-il livrer à d’autres hommes ?…

On attache ses poignets, on fixe à ses chevilles une barre de contrainte, on la plie…
Elle s’appuie sur un meuble, une table ou un bureau…
Des mains caressent sa nuque, puis parcourent son dos, ses fesses sont pétries…

La caresse est à la fois douce et ferme… bientôt remplacée par les premiers claquements des lanières de cuir… son corps se crispe… même si elle s’y attendait, elle a toujours cette première réaction.

Ce n’est pas son guide qui manipule les fouets, elle ne reconnait pas sa façon de  “jouer”. Chaque Maitre a sa signature, inimitable et reconnaissable entre mille.

Respirer… Se détendre… Accepter de se laisser aller…

Les lanières de cuir jonglent sur sa peau…

Une pause… la douceur des caresses… la fermeté des mains qui saisissent sa chair…

Puis de retour la danse des lanières…

Son corps réagit, elle commence à ressentir les vibrations provoquées par les fouets

Son corps s’électrise… elle commence à flotter… ses jambes tremblent…son esprit est ailleurs…

On l’allonge sur le tapis, des mains viennent la fouiller, elle est trempée…
Un premier orgasme… Il faut peu de temps pour la faire gicler…
C’est facile… Elle qui se retient toujours n’a pas la force de lutter…

On ne lui laisse pas le temps de reprendre ses esprits… Ses jambes toujours écartées par la barre de contrainte, on lui pose un Fairy sur le clitoris. Elle est maintenue fermement… elle ne peut pas l’esquiver… le plaisir est trop intense… à la limite du supportable… il en devient presque douloureux…
L’orgasme… les orgasmes sont violents. Elle est proche de l’évanouissement…

Ils ont retiré le vibromasseur, plus personne ne la touche, mais son corps est toujours pris de soubresauts, son sexe est hyper sensible, le moindre baiser, le moindre souffle la fait immédiatement réagir, l’intérieur de ses cuisses tremblent, sa chatte tremble, elle claque des dents…

Seule elle n’a jamais pu aller au-delà de ce qu’elle pensait supportable… Elle vient de vivre son premier orgasme forcé…

On la libère de ses contraintes, on l’allonge sur un canapé, toujours aveuglée.
Après avoir été privée de ses mouvements elle a besoin de retrouver un contact avec elle-même, de se réapproprier son corps, ses mains parcours ses seins, son ventre, l’intérieur de ses cuisses, juste des effleurements, de légères caresses,

Le répit est de courte durée, elle est agrippée par les cheveux, entrainée au sol, les coudes sur le tapis et les jambes écartées, son sexe est offert toujours humide et gonflé par les orgasmes précédents ; un membre la pénètre, ses fesses sont pétries, écartées.
L’homme crache sur son anus, tout en poursuivant son va et vient, il fait pénétrer un doigt dans son cul, puis deux… Il la prépare, ses sphincters se relâchent, elle mouille du cul… Il se retire, son gland vient remplacer ses doigts, il s’immobilise, il la laisse gérer la pénétration. Elle s’empale doucement en reculant les fesses, sa bite passe le 1er anneau sans difficulté, puis le second…  Il reprend son va et vient, elle sent à travers la cloison anale sa queue solliciter son point G. Elle veut se caresser mais un autre homme l’en empêche, il lui relève le buste lui engouffre sa queue dans la bouche, sa fellation est rythmée par le va et vient de l’homme qui la sodomise. Sans qu’elle ne puisse rien maitriser la queue vient taper le fond de sa gorge, elle est déstabilisée malgré les hauts le cœur, le plaisir prend le dessus.

Elle jouit…

Les deux hommes se retirent et l’inondent de sperme

Sans l’avoir voulu, elle est dans une position de soumission, essoufflée, poisseuse et souillée. Elle ne bouge pas, attend qu’on le lui ordonne

Un homme s’approche, lui enlève son bandeau.

C’est son guide, il est habillé, il n’a pas participé, il a juste regardé et dirigé. Il lui relève le menton la regarde droit dans les yeux.

“Tu étais une petite chienne sauvage et rebelle, sans que tu en aies conscience j’ai fait de toi une chienne docile, tu es prête maintenant à accepter un Maître”

En petite chienne docile elle s’est couchée à ses pieds

Cette superbe photo qui illustre cet article est tirée du second opus de Ressan, vous pouvez le commander sur  www.ressan.fr

COVER_2-Ressan-Vol2-BD

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2017 – Journal d’une bourgeoise délurée

 

Elle

Points

Elle ne s’était jamais préoccupé d’elle,
n’avait jamais assouvit ses envies, ses fantasmes, ses besoins…
Ses désirs ont toujours fait partie de son être, elle a souvent rêvé,
sans jamais oser les réaliser

Rêvé d’un homme… un homme comme elle, libre avec son corps et avec ses envies
Un homme avec qui elle pourrait partager une sexualité libre et débridée.
Vivant leur sexualité comme des gastronomes,
appréciant les plaisirs du lit comme on peut apprécier les plaisirs de la table
Partager cette table avec des amis, inventer des plats…
Tout en raffinement, sans excès, sans vulgarité,
Juste par désir… désir de jouer… désir d’aimer…
désir de l’autre… désir des autres…
Rêvé d’un homme qui la respecterait, ne la jugerait pas, la protègerait.
Un homme qui l’accompagnerait pour réaliser ses fantasmes
et qu’elle accompagnerait pour réaliser les siens…
Un homme qui la ferait fantasmer et qu’elle ferait fantasmer
Un homme qu’elle aimerait et qui l’aimerait.

Elle a toujours aimé jouer… aimé séduire… aimé qu’on la regarde…
Pas en portant des décolletés plongeants ou une minijupe…
plutôt dans la suggestion, c’est plus excitant…
Un bouton ouvert qui laisse apparaître la naissance du décolleté
Un col roulé un peu moulant ou un chemisier en soie à même la peau,
avec les seins qui pointent…
Une contradiction entre le col roulé et le fait d’être nue dessous…
Elle aime les jupes à 10 cm au-dessus du genou…
La longueur est parfaite pour jouer, croiser et décroiser les jambes,
faire remonter innocemment la jupe à mi-cuisse tout en dévoilant le revers
d’un bas… comme si de rien n’était…
Les jupes étroites… celles qui font fantasmer les hommes qui la suivent lorsqu’elle monte l’escalier
Elle aime sentir leur regard sur ses fesses… Sentir leur désir… un vrai désir
Le désir des hommes l’excite… mais leur désir pour ELLE…
pas juste l’envie de sexe.
Elle le ressent, il peut provoquer le sien…

Peu d’hommes ont attiré son attention, rares sont ceux qui ont compris
ce qu’elle attendait. Le désir et l’alchimie lui sont indispensables…
Avec un amant elle veut une relation forte, sensuelle et charnelle,
très charnelle…

A vingt ans elle s’est très vite aperçue que de telles pensées n’étaient pas compatibles avec la société bien-pensante. Il fallait faire attention,
ne rien dévoiler, se comporter correctement pour ne pas être cataloguée
dans les filles de « mauvaise vie », préserver sa réputation.
Difficile de parler de ses envies, difficile de les réaliser.
A cette époque la seule possibilité… les clubs échangistes…
Elle avait une vague idée de ce que c’était par quelques reportages vus
à la télévision. Du sexe pour du sexe… on consomme de la chair humaine
comme on peut s’empiffrer de gâteaux, certains sont de gros gourmands,
d’autres boulimiques…
Des tenues très aguicheuses, du déballage… toute une vitrine de gâteaux…
Un joli gâteau n’est pas forcément bon… on ne le sait que quand on y goutte…
on peut être déçu…
Que faire lorsqu’on a croqué dans un gâteau que l’on n’aime pas…
Recracher ce gâteau devant tant de monde ? Non ce serait discourtois,
par politesse il faut le terminer… parfois jusqu’à la nausée…
C’est la vision qu’elle en avait Ce n’est pas ce qu’elle recherchait…
Ça ne lui correspondait pas. Certains s’enivrent régulièrement,
peu importe la bouteille pourvu qu’il y ait l’ivresse.
D’autres comme elle, prendront le temps de choisir une bonne bouteille,
sans précipitation, pour la déguster, l’apprécier et la partager …

Elle a rangé ses pensées indécentes dans le fin fond de son cerveau,
a chanté une berceuse à sa libido pour l’endormir doucement…

Puis elle a eu 50 ans, elle s’est rendue compte qu’il lui restait peu de temps…
peu de temps pour séduire… se réaliser…
Le pouvait-elle encore… n’est-il pas trop tard…

Elle aime le sexe… mai pas le sexe conventionnel… pas le sexe matrimonial…
Elle le trouve ennuyeux… Le sexe pour elle est un art…
Certains hommes aiment les femmes comme un sculpteur aime ses modèles…
Ils sont des artistes… pas des collectionneurs…
Elle voudrait rencontrer un de ces artistes…
Être le marbre qu’il va travailler… la glaise qu’il va façonner…
être son chef d’œuvre…
Elle voudrait être son élève… Sa muse… qu’il soit son pygmalion…
Se sentir à chaque nouvelle expérience comme une vierge prête à découvrir
le plaisir…

Elle voudrait le faire bander et jouir comme jamais…

Tous droits réservés ©️ Mitsouko 2016 – Journal d’une bourgeoise délurée